Retour au site principal : Le lien, l'association

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12 - reseausante@hotmail.fr

Chargement en cours...

Compte-rendu

Compte rendu par Pierre PARNEIX

Président du comité de pilotage de la seconde édition des états généraux 2009, membre du comité scientifique du LIEN.

Les deuxièmes états généraux des infections nosocomiales et de la sécurité des patients : le combat se poursuit et s’élargit !
Pour cette deuxième version des états généraux des infections nosocomiales organisés par l’Association le LIEN, le décor du Palais des congrès restait le même mais on notait dans l’assistance une plus forte présence des représentants des usagers qu’ils viennent du LIEN, du CISS dans ses diverses composantes ou d’autres mouvements militants. Les hygiénistes étaient aussi très présents de même que les industriels pour cet évènement à part dans l’univers national de la prévention des infections associées aux soins.

Bilan deux ans après

Claude Rambaud et Alain-Michel Ceretti ont fait le bilan des évolutions depuis les précédents états généraux avec pas mal d’avancée dans la performance, mesurée par les indicateurs, mais toujours des progrès nécessaires. Parmi les propositions de la déclaration de Paris de 2007 c’est à l’évidence la création des 8 Centres de référence de prise en charge de l’infection ostéo-articulaire (IOA) qui constitue le succès le plus important et cela faisait l’objet de la première table ronde.

Six des huit centres étaient représentés et se sont exprimés après le témoignage d’une victime qui mettait en lumière la nécessité d’une information claire et loyale la plus précoce possible au patient infecté. Patrick Mamoudy et Alain Lortat-Jacob ont plaidé pour que le principe des centres ne soit pas remis en cause par une dilution des prises en charge dans trop de centres associés ou labélisés, cette chirurgie restant pour eux d’une technicité particulière et nécessitant un niveau d’activité important pour être bien maitrisée. Par ailleurs le souhait que se constitue une base de données nationale de tous les patients pris en charge a été exprimé afin de capitaliser sur un plan scientifique les résultats des prises en charge. Claude Rambaud a interpellé les Centres sur le fait qu’il n’existe pas encore de référentiel commun de prise en charge et il a été répondu que cela allait se constituer progressivement. Une meilleure lisibilité de l’affichage de l’existence des centres IOA, via un numéro d’appel unique par exemple, a été aussi demandée.
La lutte sur le terrain

Cette table ronde abordait le problème de la prévention des infections associées aux soins en pratique libérale et une large place a été faite à la gestion des sondes d’échographie endocavitaire.

Le LIEN a rappelé ses interrogations et ses réserves quand aux recommandations en vigueur et les sociétés de professionnels concernées ont donné leur point de vue en soulignant leur souhait à la fois de répondre en toute transparence aux attentes légitimes des associations d’usagers mais aussi de voir la décision se faire sur ce sujet en s’extrayant des pressions de différentes natures mises en lumière autour de ce dossier.

Claude Rambaud a rappelé la demande du LIEN qu’une étude puisse permettre de valider l’efficacité des recommandations en vigueur. Les débats ont mis en lumière la nécessité que l’expertise puisse donner confiance à l’ensemble des usagers tout en gardant les fondements méthodologiques de sa mission scientifique.
L’innovation industrielle au service du patient

Cette table ronde a soulevé le débat majeur de l’innovation industrielle en France, en matière de dispositifs médicaux en particulier, un peu coincée entre des exigences scientifiques légitimes et un marquage CE réglementaire mais donnant peu confiance aux utilisateurs. La crainte exprimée est celle de passer à côté d’innovations bénéfiques aux patients faute d’un système de labellisation reconnue et indiscutable.

Au titre de la SFHH, Joseph Hajjar a parfaitement posé la contribution d’une société savante à cette expertise mais aussi ses limites et le fait qu’il n’entrait pas dans les missions de la société de donner ce type de label même si beaucoup d’industriels le souhaitaient. Le choix de a par contre été d’offrir aux industriels une tribune de présentation lors de sessions de l’innovation qui sont organisées de façon de plus en plus large lors de chaque congrès de a souligné tout l’intérêt qu’il y aurait à avoir une structure scientifique officielle en charge de cette mission importante pouvant attester de la performance du produit et se positionner sur le niveau de service rendu que l’on peut en attendre.

De nombreux industriels ont apporté leurs témoignages et Jean-Claude Ghislain, au titre de l’AFSSAPS, a précisé que le marquage CE était en cours de renforcer ses exigences mais qu’il entendait bien cette problématique. L’ensemble de ces partenaires, sous l’égide du LIEN, a prévu de poursuivre cette réflexion.
La culture du compromis

Sous ce titre accrocheur l’objectif des trois tables rondes était de voir quels leviers pouvaient permettre d’aller au-delà des limites actuelles que rencontrent souvent nos stratégies de prévention.
L’hygiène des mains étaient le premier thème

Chantal Baudin, Pharmacien hygiéniste représentant , a présenté les points clés d’une stratégie opérationnelle comme former et convaincre les professionnels. Ce point peut se concevoir a plusieurs niveaux managériaux et institutionnels mais pour un CLIN ou une EOHH il peut se décliner par convaincre par la théorie, par la pratique, par le retour d’expérience ou par l’approche risque infectieux. A l’évidence un programme en 10 points qui mérite d’être valorisé, pourquoi pas lors de la journée nationale du 5 mai. L’exemple du port des bijoux a été décortiqué et évidemment on peut concevoir que l’incapacité des établissements de santé à faire respecter une règle aussi élémentaire puisse générer des doutes et des questions chez les usagers de leurs services.
Le deuxième thème était : Compromis et sécurité du patient

Françoise Weber, a souligné au titre de l’InVS, la montée en charge du dispositif de signalement et les bénéfices qui en ont déjà découlé. Alain-Michel Ceretti a pris plusieurs exemples de rapport de certification qui faisaient état de non-conformité en stérilisation déjà identifiées par le passé et toujours non résolues après des délais assez long.

Jean-Paul Guérin, au titre de l’HAS, a expliqué que ces limites actuelles seraient effacées par la certification modèle V2010 qui sera plus exigeante, totalement intégrée avec les autres dispositifs d’évaluation et de contrôles nationaux et avec une lisibilité plus forte des résultats. Tout le monde s’est félicité de cette perspective.

Joëlle Perrin-Mirlan, de l’ARH de Poitou-Charentes, a rappelé que tout ce qui touchait à la qualité des soins et à leur sécurité faisait l’objet d’une vigilance extrême de l’autorité sanitaire au travers de ses différentes procédures d’agréments, de visite de conformité, d’inspection ou de contrôle.

Alain-Michel Ceretti a plaidé pour une transparence plus forte de l’ensemble de ces procédures et de leurs résultats.
La décision.
Le dernier thème concernait Compromis et décision politique

Annie Podeur a précisé que pour elle il n’y avait pas de culture du compromis mais une démarche de culture de l’excellence vers laquelle les établissements de santé étaient incités et accompagnés.

Christian Saout, Président du CISS, a proposé deux questions clés à ce sujet pour les décideurs. La première « Qu’avez vous fait de mon avis ? » renvoie à la prise en compte par le politique du point de vue des usagers dans seconde « Comment avez-vous élaboré votre avis ? » interpelle sur les modalités du processus décisionnel public.

Marie-Odile Berthella-Geoffroy, en tant que juge d’instruction, a souligné qu’au travers du prisme des affaires pénales qu’elle instruit, de nombreuses lacunes d’organisation et de fonctionnement se faisaient jour dans les établissements de santé concernés par ces cas dramatiques, sans réelle impression d’une évolution positive. L’absence systématique ou presque du signalement dans le dossier en fait partie.
Hôpital ; patient, santé, territoire

La première table ronde sur les indicateurs de résultats ne s’est pas tenue en raison de l’annonce par Madame la ministre, lors d’une allocution d’ouverture enregistrée, de la publication fin mars d’une nouvelle batterie d’indicateurs sur la sécurité des soins rendant le débat caduque à ce stade.

La seconde concernait l’indemnisation des patients qui intervenait peu après l’annonce de la création d’une mission parlementaire sur le sujet. Les demandes des premiers états généraux concernant la révision des barèmes et seuil de l’ITT et l’ITP n’ont pas abouti à ce jour.

Alain-Michel Ceretti a rappelé qu’en CRCI seule une minorité de dossiers arrivait à franchir le seuil des exigences actuelles en termes de gravité. Cette table ronde fut-celle qui entraîna le plus de réaction d’usagers dans la salle pour apporter le témoignage de leur difficulté dans ce parcours complexe qui peut mener à l’indemnisation.

Edouard Couty, Président de l’ONIAM, a présenté les évolutions récentes du dispositif.

Lorraine Brière de l’Isle, de l’association le LIEN, a souligné le peu de temps accordé à l’expression de la victime en CRCi et le rôle pas toujours positif joué par leurs conseils juridiques lorsqu’ils en bénéficient.

Alexandre Delord a plaidé pour l’importance du conseil de l’avocat qui peut expliquer à son client quelles sont les différentes voies de recours possibles avec leurs avantages et leurs inconvénients respectifs. Il a rappelé que selon le type de filière ou de juridiction retenue, et même selon leur localisation géographique, l’indemnisation d’un même dommage pourrait être d’un montant très différent.

Françoise Berrux, avocate de chirurgiens, a regretté que les établissements de santé n’aient pas plus envie de se défendre en particulier devant les CRCI.

Jean-Paul Delevoye, Médiateur de la République, a présenté l’ouverture du pôle santé et sécurité des soins au sein de sa mission. Il a fait un plaidoyer brillant décrivant le rôle que sa mission pouvait amener dans ce domaine en offrant une écoute et une exigence différentes aux attentes de nos compatriotes autour de ce thème de société majeur. La liberté et le pouvoir du médiateur, tels que conférés par notre législation, pourraient être à l’évidence des leviers forts pour faire avancer la sécurité des soins en France.

Ainsi s’achevait cette première journée très riche.

La deuxième journée

Elle s’ouvrait sur une allocution de Claude Rambaud qui dressait un bilan très positif des constats d’avancée faits lors de la première journée et lançait la première table ronde.
Prévenir le risque d’infections associées aux soins en EHPAD

Sous la coordination de Didier Tabuteau

Un tour d’horizon de ce vaste sujet était réalisé en commençant par poser avec Monique Rothan-Tondeur les éléments épidémiologiques issus de l’enquête Priam de l’ORIG ainsi que les prémices des recommandations d’experts dans l’élaboration desquelles a été très impliquée. Une place intéressante était laissée à l’architecture et l’ingénierie pour aborder la place de la conception des locaux dans la maitrise du risque au travers de plusieurs exemples dont celui de la gestion du risque de légionellose. Bruno Favier, en tant que Médecin coordonateur national de caisse d’épargne, rappelait enfin l’importance de s’engager résolument dans une politique organisée de prévention des IAS dans le secteur médico-social.
La sécurité du patient au bloc opératoire et son environnement

Cette dernière table ronde animée avec brio par Guy Valencien fut probablement la plus riche de ces états généraux.

Guy Valencien plaida pour l’importance du concept d’équipe chirurgicale et de l’importance de la presque symbiose entre le chirurgien et son instrumentiste, hélas tombé en désuétude sous l’argument moderne d’une nécessaire polyvalence des personnels.

Nadine Calvot-Verjat, chirurgien digestif, souligna l’importance de la surveillance des ISO et son souhait de voir partager au sein de son institution de façon transparente les résultats de chacun. Le concept de l’importance d’une check list, telle que prôné par l’OMS, fut avancé.

Fréderic Bismuth rappela que dans sa discipline anesthésique on avait réussi à faire baisser en France par 10 la mortalité en 20 ans en utilisant des principes très similaires et que pour lui l’anesthésiste avant chaque intervention devait se mettre en position de faire face aux situations les plus dramatiques. Il insista aussi sur la notion d’équipe soudée où la confiance mutuelle est un facteur majeur de sécurité même si ce n’est pas le fondement retenu dans l’aviation civile où les équipages se découvrent à bord.

Philippe Berthelot, en tant que Président du conseil scientifique, expliqua avec clarté les apports d’une société savante dans la gestion des risques via l’élaboration de recommandations de bonnes pratiques selon des méthodes validées. Il cita pour le risque chirurgical les actions pilotées par la société comme le consensus de 2004 sur la gestion pré opératoire du risque infectieux ou la même année les recommandations d’experts sur la qualité de l’air au bloc opératoire et les diverses actions collaboratives avec d’autres sociétés comme l’actuelle élaboration des RCP pour la prise en charge des patients atteints d’IOA.

Alain Lortat-Jacob présenta le risque infectieux chirurgical en soulignant que la maitrise de la part accessible à la prévention par des actions validées, dont le consensus SFHH avait permis d’amener l’observance à un niveau très élevé, laissait désormais une bonne partie du risque à des mécanismes endogènes dont les déterminants sont moins connus et dont une partie de la prévention peut résider dans un travail sur des biomatériaux mieux à même de se défendre contre la colonisation bactérienne.
Le palmarès du LIEN

Pour clôturer ces états généraux l’association le LIEN avait souhaité remettre un prix symbolique à des établissements dont l’engament dans la prévention lui paraissait exemplaire.

La Résidence l’Accueil à Vauvert(Gard).
EHPAD à Vauvert était récompensée pour son engagement dans la formation innovante d’e-learning d’Hygiénosa.

Le CH de Montluçon se voyait décerner le prix « Hôpital sans bijoux », vérité attestée sur place par Claude Rambaud en personne et fruit d’un long engagement conjoint du CLIN et de l’EOHH ayant finit par rallier de l’établissement à leur conviction.

La Clinique Maussin-Nolle se voyait sa gestion du risque infectieux en chirurgie honorée, via un système de surveillance très opérationnel, et aussi son aptitude depuis de nombreuses années à faire prendre en charge précocement ses complications infectieuses avec un centre spécialisé dans ce domaine.

Le groupe hospitalier Paris Saint-Joseph voyait lui son action en matière de dépistage des SARM récompensée avec notamment son implication dans l’étude des techniques de détection rapide.

Le Centre d’hémodialyse Michel Basse d’Aressy se voyait lui décerner le prix du développement durable pour son architecture innovante au service de l’ergonomie et de la qualité des soins associée à un engagement écologique. A l’évidence tous les participants semblaient ravis de recevoir un prix provenant d’une association d’usagers.

La cérémonie s’achevait sur un moment d’émotion plus intime où Béatrice Ceretti offrait une de ses toiles à toute l’équipe de la Croix Saint Simon pour les remercier 10 ans après de leur action au profit des victimes de l’épidémie à Mycobacterium xenopii.

Rendez-vous était donné dans deux ans pour de nouveaux états généraux cette fois résolument ouverts sur l’ensemble de la sécurité des soins »

Partenaires

Airinspace

La société Airinspace, experte dans la qualité de l’air :
- conçoit, développe et implante des dispositifs médicaux de décontamination de l’air, intégrant une technologie de destruction des microorganismes,
- propose une expertise des zones sensibles au sein des établissements de santé par une « Entité contrôles mesures ».

Alkapharm

Créée en 1991 afin de proposer une alternative au nettoyage et à la désinfection des dispositifs médicaux, Alkapharm s’est très vite développée. D’abord sur le marché français dans les plateaux techniques et en médecine libérale, puis à l’export, en Amérique du Nord, Amérique centrale et Amérique du Sud où Alkapharm est devenue leader. Récemment, Alkapharm a mis en place un réseau de distribution en Asie.
Alkapharm conçoit, fabrique et commercialise une gamme de produits pour le traitement des dispositifs médicaux et des surfaces, permettant de participer efficacement à la lutte contre les infections nosocomiales.

All Diag

Fondée en 1993 par des professionnels de l’industrie du diagnostic in vitro, All Diag est présente dans plus de 30 pays dans le monde avec une gamme de produits couvrant les tests de diagnostic rapide (TDR), les tests de confirmation en technique immuno-blot et western-blot, les tests vétérinaires, l’instrumentation et l’hygiène.
Sa vocation est d’élaborer des réactifs et des instruments hautement performants et innovants, basés sur les dernières découvertes et expertises de son centre de recherche et de développement afin de mettre à la disposition des professionnels de la santé une gamme de produits pertinents et diversifiés pour une meilleure prévention de la santé de chacun.

Andromis-Endostéril

ANIOS

Partenaires des hôpitaux et cliniques depuis plus de 30 ans dans la lutte contre les infections nosocomiales, les laboratoires Anios proposent une gamme complète de produits, matériels et procédés de désinfection issus de leurs laboratoires de recherche et développement, pour sols et surfaces, instrumentation, dispositifs médicaux, hygiène des mains, etc.

ASP

B.Braun Médical

Depuis 170 ans, le groupe mondial B. Braun, partenaire privilégié des établissements de santé, développe des produits et services médicaux innovants et sécurisés dans le but d’améliorer tous les stades du traitement du patient, de l’hôpital au domicile.

BD

Au niveau mondial, BD est l’une des principales entreprises spécialisées dans les technologies médicales. L’entreprise conçoit, fabrique et commercialise des dispositifs, des systèmes d’instrument et des réactifs à usage médical. BD met l’accent sur le développement de la pharmacothérapie, l’amélioration de la qualité et de la rapidité des diagnostics de maladies infectieuses et de cancers, ainsi que sur les progrès dans la recherche, la découverte et la production de nouveaux médicaments et vaccins. Les capacités de la société sont déterminantes dans la lutte contre plusieurs des maladies les plus redoutables au monde. La société met son savoir-faire au service d’institutions de santé, de chercheurs en sciences de la vie, de laboratoires cliniques, de l’industrie pharmaceutique et du grand public.

Bioquell

Propose un service de désinfection compatible avec vos équipements, pas d’altération, ultra rapide, zone de 1 000 m3 traitée en 12 heures, efficacité prouvée en temps réel, pas de résidu toxique. Bioquell fabrique et vend les PSM et flux laminaires, Microflow, les hottes chimiques ETRAF Astec, large gamme de filtres HEPA et charbon actif. Bioquell innove avec son sas de transfert rapide, Clarus Port, capable de stériliser en surface tous types de charge en moins de 20 minutes.

Chavonnet

Fabricant français de robinetterie depuis 1860, spécialiste de la santé, de la cuisine professionnelle, de la sécurité individuelle, de la collectivité et du laboratoire.

Concept Microfibre

Leader de l’essuyage microfibre sur le marché français. Conçoit des produits et des méthodes tirant le meilleur parti de la microfibre pour rendre le nettoyage plus ergonomique et plus économique. Forte implication dans le secteur santé au travers de produits à usage unique dont les propriétés de décontamination de surfaces et de relargage particulaire ont été testées par le CTIP.

ConvaTec

Depuis plus de 30 ans, ConvaTec crée des produits innovateurs et offre des services uniques qui améliorent la vie des patients et aident les soignants dans leur travail. Sa réussite se fonde sur une tradition forte en matière d’innovation et d’approche créative afin de trouver des solutions extraordinaires aux problèmes de santés auxquels sont confrontés les gens au quotidien.

Cyclope

Les mains constituent le premier vecteur de contamination par les virus, microbes et bactéries. Pour éviter d’être contaminé pas ce biais, il est conseillé d’utiliser régulièrement une solution hydroalcoolique (ou gel antibactérien). La société Cyclope propose une autre solution : la poignée de porte anticontamination. Cette poignée de porte ergonomique, hygiénique, solide et pratique permet d’ouvrir les portes avec l’avant-bras au lieu des mains.
Parmi les clients de Cyclope : des hôpitaux, des laboratoires, des industries alimentaires et des restaurants.

Dalkia

Pour répondre à vos enjeux, Dalkia, leader européen des services énergétiques en milieu hospitalier, élargit son offre en intégrant des prestations techniques innovantes et des services adaptés aux besoins des établissements de santé : prévention des risques sanitaires, gestion des énergies et des utilités, entretien du patrimoine immobilier et logistique hôtelière.
Dans le monde, plus de 4 000 établissements de soins bénéficient des services de Dalkia.

Ethicon

En tant que leader sur le marché de la fermeture de la plaie, Ethicon a lancé la première et unique suture active du marché : Vicryl* Plus. La prévention des infections nosocomiales est et sera toujours une des priorités des acteurs du monde hospitalier. Ethicon a pour ambition de participer à cette prévention en créant une plate-forme antibactérienne avec de nouveaux produits tels que la suture active Vicryl* Plus et la colle cutanée Dermabond.

Fehap

Association loi 1901, créée en 1936, la Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne est la fédération référente des champs sanitaires, social et médico-social du secteur privé à but non lucratif. Elle regroupe plus de 3200 établissements et services de santé et d’accueil.
Fédération employeur, elle exerce au quotidien son rôle d’organisation professionnelle auprès des établissements adhérents pour les aider à remplir le mieux possible leur mission dans le souci partagé d’une amélioration constante de la qualité et de la performance au service de l’usager.

Germitec

Spécialisée dans la conception et la commercialisation de systèmes de haute-technologie dans le domaine de l’hygiène médicale, Germitec conçoit et fabrique des automates innovants de désinfection ; analyse les besoins et la conçoit des logiciels et solutions de traçabilité.
Germitec, filiale du groupe GRED, s’appuie sur l’expérience et l’expertise développées par celui-ci, référence dans le domaine des produits médicaux de haute technologie.

Getinge

Présente dans le monde entier, avec 31 filiales réparties sur les cinq continents, Getinge Infection Control (Getinge) est l’une des trois entités de Getinge AB, un groupe de sociétés basé en Suède. La branche Getinge Infection Control comprend deux divisions : Hôpitaux et Laboratoires. Pour le segment Hôpitaux, Getinge propose des solutions pour le contrôle des infections et pour le segment Laboratoires, le groupe est l’un des principaux fournisseurs de solutions de prévention de la contamination.

Gojo – PURELL

Depuis plus de 60 ans, nous développons des formules et fabriquons des produits dans nos usines et sommes aujourd’hui devenus le 1er fournisseur à travers le monde de produits d’hygiène cutanée professionnelle dans les secteurs de l’industrie, de l’alimentaire, de la santé, dans les institutions et les lieux publics.

InGen Biosciences

Spécialisé dans le développement et la commercialisation de dispositifs médicaux novateurs de diagnostic in vitro (DMDIV), à destination des laboratoires de biologie médicale publics et privés, InGen BioSciences propose aux professionnels de la biologie médicale les moyens d’obtenir rapidement, de façon fiable et précise, des informations sur l’état physiologique, pathologique et génétique de leurs patients.

iQualis Santé

Depuis 2001, iQualis Santé accompagne, forme, audite et conseille les établissements de santé et leurs équipes partout en France.

Kimberly-Clark

Depuis plus d’un siècle, Kimberly-Clark transforme les idées et les technologies en produits et services innovants pour près d’un quart de la population mondiale, et recherche de nouvelles solutions afin d’améliorer la santé, l’hygiène et le bien-être quotidien des personnes.

Laboratoire Alpabio

Laboratoire de contrôle et d’analyse dans les domaines de l’hygiène, dont les clients sont les entreprises de santé souhaitant limiter et contrôler les risques sanitaires environnementaux.

Laboratoire du Solvirex

Le Laboratoire du Solvirex est une PME créée en 1929 qui, durant de nombreuses années, a proposé un concentré de savon permettant de fabriquer sur place un savon liquide de très bonne qualité par simple dissolution. Il propose aujourd’hui une gamme de produits adaptés à l’utilisation professionnelle dans des conditionnements allant de l’unidose stérile pour les soins infirmiers à la cartouche sans entrée d’air à usage unique en passant par de nombreuses formes de flaconnage traditionnel.

Laboratoire Paul Hartmann

Spécialiste des produits médicaux à usage unique en milieu hospitalier, maisons de retraite et pharmacies, Laboratoire Paul Hartmann est présent dans les domaines de l’hygiène et de l’incontinence, du soin des plaies, des sets de soins et des produits pour le bloc opératoire.
Ses gammes de produits sont conçues pour répondre au mieux aux besoins des patients, que ce soit pour un usage à domicile ou en institution.

Laboratoire Phagogène

Fort d’un siècle d’expérience au service des professionnels, le Laboratoire Phagogène conçoit, fabrique et distribue des solutions et des produits d’une efficacité qui a construit sa réputation. Il développe des produits respectueux des utilisateurs et de l’environnement. Sa croissance, éco-responsable, se poursuit par la maîtrise des enjeux environnementaux liés à ses activités.

Laboratoire Rivadis

Entreprise familiale créée en 1971, le laboratoire Rivadis développe, fabrique et commercialise des produits d’hygiène et de soins pour l’univers médical et hospitalier, ainsi que pour toute la famille.
Aujourd’hui, le laboratoire Rivadis propose ses produits aux particuliers et aux établissements médico-hospitaliers : promotion et distribution de produits d’hygiène et de soins aux collectivités médicales.

Médinorme

Spécialisé dans la fabrication de modules de désinfection d’endoscopes et dans l’aménagement de salles de désinfection (circuit sale-propre, rangement, équipement), Medinorme est à la source d’une innovation majeure dans la désinfection endoscopique : la traçabilité informatique, qui sera obligatoire à terme.

Miele

Fort de plus d’un siècle d’expérience, le groupe Miele apporte son savoir-faire professionnel dans tous les domaines du lavage qu’il s’agisse du traitement du linge, de la vaisselle, de la verrerie et des instruments médicaux. Cet industriel établi, fidèle à la philosophie de très haute qualité définie par ses fondateurs, s’inscrit ainsi naturellement dans le processus de recherche constante de qualité. Sur chacun de ses produits, Miele propose des exclusivités assurant des performances uniques sur le marché, tout en répondant aux exigences les plus sévères en matière d’hygiène dans le secteur médical.

Oxy’Pharm

Procédé biocide de désinfection par aérosol « sec » de peroxyde d’hydrogène à spectre d’action complet (bactéricide, virucide, fongicide, sporicide) biodégradable, non toxique, non corrosif.
Permet la décontamination rapide et totale des surfaces d’un site médicalisé (locaux, véhicules, matériels, équipements électroniques).

Pall Medical

Filtration et contrôle de l’infection à l’hôpital : nous développons un ensemble complet de solutions de filtration pour retenir les contaminants susceptibles de mettre en danger la santé des patients : réseaux d’eau, eau au point d’utilisation, gaz en ventilation artificielle, en cœliochirurgie et en explorations fonctionnelles respiratoires, mais aussi solutés perfusion et produits sanguins labiles. Plus qu’un simple fournisseur, nous mettons à votre disposition nos équipes de recherche et développement, et sommes à votre disposition pour vous apporter formation, soutien technique, et audit.

Pfizer France

Prévenir. Traiter. Soulager. Sauver des vies. Au-delà des mots, l’engagement individuel et collectif des 106 000 collaborateurs de Pfizer à faire triompher la vie. Première entreprise du médicament et premier investisseur en recherche biomédicale privée dans le monde, mobilise ses équipes et ses ressources pour inventer, développer et mettre à la disposition des patients et des professionnels de santé des médicaments en vue de traiter des pathologies affectant des millions de patients dans le monde : maladies cardiovasculaires, cancers, troubles du système nerveux central, maladies infectieuses, VIH/sida, pathologies respiratoires, affections ophtalmologiques, maladies endocriniennes, greffes, troubles urologiques-gynécologiques et maladies orphelines.

Ph2 International

Conception, fabrication et commercialisation de chariots et d’équipements hospitaliers pour :
- l’isolement des patients (chariots d’isolement « Unité mobile de protection ») ;
- le tri sélectif des déchets d’activités de soins (gamme « Evolu-tri ») ;
- l’organisation des soins en chambre (« satellite mobile de soins »).

ROPIMEX-Laboratoire Adexano

Spécialisée C30 dans la gestion de l’intimité des patients depuis 25 ans. Depuis 6 mois, un département Hygiène a été créé pour la commercialisation exclusive de la gamme Bacoban®, une nouvelle génération de désinfectant basée sur la nanotechnologie.

Sanivap

Avec plus de 10 ans d’expérience, Sanivap est aujourd’hui une référence du bionettoyage par la vapeur. Sa méthode est utilisée par les professionnels qui ont la responsabilité de fournir une prestation de qualité, rapide et sûre.

SPS Amcor

SPS Laboratoires, aujourd’hui filiale du groupe Amcor Flexibles (premier groupe mondial de l’emballage flexible) est leader mondial dans la fabrication de gamme de produits et solutions pour la stérilisation, la décontamination et le contrôle de procédés, avec plus de 20 ans d’expérience.
SPS Laboratoires offre la plus large gamme dédiée à la stérilisation.

Stérience

Partenaire des services de stérilisation des établissements de soins, propose des solutions et des services en matière de stérilisation ex situ ou in situ, de location et maintenance de dispositifs médicaux, de traçabilité entre le patient et l’instrument et d’optimisation et gestion du parc d’instrumentation.
Stérience est une filiale de Dalkia-Veolia Énergie et bénéficie d’une expérience de 5 ans aux côtés d’une trentaine d’établissements.

Tactys

Le GIE Tactys est constitué à la suite d’une investigation menée en 2004 auprès de responsables de Clin. Celle-ci met en évidence l’intérêt d’un clavier lisse et étanche pour éviter les infections manu portées. Elle montre aussi que le matériel informatique classique n’est pas adapté aux besoins spécifiques de l’hôpital. Son premier clavier tactile est référencé par l’AP-HP et équipe des blocs opératoires. La gamme comprend désormais des claviers tactiles en verre trempé, avec ou sans Touch Pad, sans fil ou classiques. Et en 2009 est lancé un chariot de visite complet et autonome équipé d’un panel/PC étanche, du clavier Tactys et de batteries, qui est conçu pour être facilement désinfectable.