Passage au site spécifique : Les États Généraux du Lien

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12

Vous êtes ici : Accueil > Articles > Le bénéfice-risque du dépistage précoce du cancer dans la balance

Article

Le bénéfice-risque du dépistage précoce du cancer dans la balance

18 janvier

https://onlinelibrary.wiley.com/doi…

Pourquoi réfléchir sur le bénéfice-risque du dépistage précoce du cancer ?
En effet, il s’agit là d’ un acquis présenté comme le champion de la lutte contre la cancer depuis les années 70, depuis que le président des États-Unis a signé la « loi sur le cancer » du National Cancer Act 1, faisant du dépistage précoce, un atout majeur de la lutte contre le cancer.

extraits :
L’idée fondamentale des années 70, était que davantage de cancers seraient guéris s’ils étaient détectés et traités avant l’apparition des symptômes. Au cours des décennies suivantes, d’énormes sommes et de grands espoirs ont été investis dans la mise en œuvre de programmes de dépistages généralisés sur la population. …

Après des années de pratique du dépistage précoce organisé " La communauté de prévention et de contrôle du cancer devrait faire face à un défi difficile pour le public et l’éducation des prestataires.
Si le dépistage précoce est effectivement moins utile et plus dommageable que nous le pensions, l’un des problèmes majeurs est de savoir comment se dégager de son approbation largement répandue au niveau de la population ?
Une première option serait de viser à mettre en œuvre par préférence son utilisation de manière organisée en utilisant en même temps une méthodologie de recherche pour pouvoir mesurer ses effets.
Une deuxième option consisterait à modifier et à réduire les tranches d’âge recommandées et réduire la fréquence des intervalles de dépistage, réduisant ainsi l’absorption totale de ces tests de dépistage.
Une troisième option consisterait à mettre davantage l’accent sur les aspects communs de la prise de décision en matière de sélection. Par exemple, on pourrait présenter les recommandations de dépistage comme un choix de la maladie que l’on préférerait ne pas connaître, plutôt que comme une stratégie éprouvée pour prolonger sa vie. Cela peut être plus réaliste et plus respectueux des souhaits des gens plutôt que de rendre le dépistage complètement indisponible.
Néanmoins, nous devons encore être honnêtes envers nous-mêmes et envers nos patients sur ce que le dépistage peut réaliser et ce qu’il (ne peut) pas réaliser. "

Se faire dépister précocement et systématiquement en l’absence de symptômes ou signes cliniques, ou d’exposition connue personnelle au risque, à chacun de faire des choix éclairés et en discuter avec son médecin non moins éclairé sur cette question !

Claude Rambaud

Tous les articles

Mots-clés