Adhérez au Lien

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12

Vous êtes ici : Accueil > Articles > Un million de vaccinés le 24 janvier, oui mais si on ne vaccine pas les (...)

Article

Un million de vaccinés le 24 janvier, oui mais si on ne vaccine pas les bons ?

23 janvier

Selon https://covidtracker.fr/vaccintracker/
le 23 janvier matin, 963 139 (+139 572 en 24h) personnes sont partiellement vaccinées.
Ce chiffre est celui du nombre cumulé de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin contre la Covid19 en France.

Qui sont -ils ces primo-vaccinés ?
Pour répondre aux nécessités de maintien des capacités d’accueil des patient dans notre système de santé dont les unités de réanimation, on le sait il faut vacciner les plus à risque de formes sévères.
Selon les données issues des unités de réanimation , ce sont en priorité les personnes les plus âgées qui sont les plus nombreuses, et aussi les personnes qui ont une masse corporelle supérieure supérieure à 40 %.

C’est pourquoi, s’agissant plus de protéger le système de santé pour tous que de protéger des individus, la première recommandation de la Haute Autorité de Santé était de vacciner en priorité et rapidement les populations en EHPAD puis les plus de 75 ans.

Faute de respecter cette priorité, le système de santé sera mis en tension rapidement et une nouvelle fois il y aura du tri de patients à l’entrée de l’hôpital, les « non covid » devront renoncer aux soins ou devront les reporter, et toute la population sera reconfinée.

Le 20 janvier , le nombre de vaccinés se répartissait comme ceci :
https://www.bfmtv.com/sante/carte-c…
c’est à dire
407 000 soignants vaccinés
164 000 EHPAD vaccinés
No comment !

Et moi, et moi et moi …. la course aux ultras est ouverte.
Depuis que le comité Fischer a communiqué une liste d’ultra prioritaires, liste estimée incomplète par nombre d’associations de pathologies, chacun revendique son statut d’ultra prioritaire.
C’est à celui qui pèsera politiquement le plus fort pour entrer dans la liste de ces ultras ; certes chaque personne considérée comme vulnérable en regard de sa pathologie chronique ou son traitement doit être protégée et vaccinée au plus tôt.
Cependant si l’on perd de vue qu’il s’agit dans l’immédiat de veiller à la protection du système pour l’intérêt de tous, et que la définition des priorités doit s’appuyer sur les données issues des unités de réanimation, celui qui crie le plus fort l’emportera au détriment de l’intérêt général.

Il faut cibler pour être efficace disait la présidente de la HAS et
« garder son calme et le sens des priorités », « Si on vaccine beaucoup mais pas les bons, on va mettre des mois à diminuer les hospitalisations et les décès ».
« On doit vacciner au plus vite ceux qui en ont le plus besoin », disait-elle sur BFM TV et RMC, rappelant que 9 morts sur 10 en France liés au COVID-19 ont plus de 65 ans et qu’un tiers des décès se produit en Ehpad.

Claude Rambaud

Tous les articles