Adhérez au Lien

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12

Éditorial

Patients, veillez à votre sécurité

Un masque oui, mais sur le nez aussi.

Jeudi 25 juin 17 heures
LES JEUDIS DE FRANCE ASSOS SANTE
WEBINAIRE 9e édition - Jeudi 25 juin 2020
Notez le changement d’horaire : 17 heures
et inscrivez vous sur :
https://www.france-assos-sante.org/…

COVID-19 - Du syndrome de la cabane au stress post traumatique, de la perte de sommeil aux troubles mentaux, parlons-en !

« Même quand la pandémie sera maîtrisée, le deuil, l’anxiété et la dépression continueront d’affecter les personnes et les communautés ; les problèmes de santé mentale, notamment la dépression et l’anxiété sont parmi les plus grandes causes de misère dans notre monde »

alertait António Guterres, secrétaire général de l’ONU, inquiet des effets du stress psychologique et appelant à intervenir massivement (rapport ONU 13 mai 2020).

Peur de la maladie, de la précarité, mais aussi vécus de solitude, séparations, perturbations de la vie privée, de la famille, et de l’emploi, turbulences économiques, sont autant de facteurs de détresse liés à l’épidémie COVID-19.

Nous vous invitons à ce webinaire pour en parler avec nos experts, pour aider à comprendre et combattre les marques du stress, ouvrir des pistes pour surmonter les troubles psychologiques, voire psychiatriques affectant notre vie, et pour reprendre pied dans notre nouveau quotidien, du plus jeune au plus grand âge.

Pour y participer gratuitement, il vous suffit de cliquer sur le bouton orange « Inscription » et compléter le formulaire d’inscription.
https://www.france-assos-sante.org/

Le mot ’accueil du Président,

Chères amies, chers amis,

D’ étape en étape, et sous conditions, après 8 semaines de confinement, nous retournons peu à à peu à une vie plus libre de nos mouvements ; le déconfinement invite les uns à retourner au travail, les autres à reprendre leur vie sociale et les patients à retrouver leurs soignants et leur parcours.
Cette épidémie, la COVID-19, n’a pas seulement atteint nos organes, nos fonctions physiologiques et vitales, elle a aussi bouleversé les vies quotidiennes des plus petits aux plus âgés. Les phases confinement ou déconfinement n’ont été neutres ni l’une ni l’autre psychologiquement pour un grand nombre de personnes, soit que l’isolement forcé ait pu réveiller des fragilités latentes, jusqu’à la décompensation clinique, soit que les inquiétudes de l’avenir, les angoisses face aux effets de la maladie, le stress ou, pire, les épreuves du deuil notamment dans un moment de séparation avec un être cher, aient pu créer des troubles psychologiques profonds difficiles à surmonter.
Des études menées en Chine dès le début du confinement, publiées par la revue The Lancet démontrent que lorsque le confinement dépasse les dix jours, les symptômes du stress post traumatique apparaissent avec de nombreuses conséquences pour beaucoup liées à la privation de lien social. Or, nous avons dépassé deux mois d’isolement social.
Nous continuons d’être stressés en permanence pour une surabondance d’information anxiogène, et notamment par l’idée d’un re-confinement possible cet automne.
Cependant, nous devons reprendre le cours de nos vies tout en prenant les précautions nécessaires, car l’on ne cesse de nous rappeler, que non, l’épidémie COVID-19 n’est finie ni chez nous, ni dans le monde.
Nous sommes bien conscients que les mois à venir seront encore une épreuve, que nous sommes tous susceptibles d’en être affectés psychologiquement.
De la plus simple irritation aux troubles plus profonds de la dépression, les effets peuvent se manifester à distance, des mois ou des années après, sous différentes formes, à tout âge de la vie.

C’est pourquoi, chères et chers ami(e)s, ce webinaire vous propose de mieux comprendre les effets psychologiques des changements qui nous sont imposés pour contrôler l’épidémie, et quelles pistes peuvent nous aider à traverser les épreuves de cette période unique.
Nos experts répondront à vos questions et nous les en remercions bien vivement.

Gérard Raymond
Président de France Assos Santé

Et toujours, pendant le confinement, protégeons nous et protégeons les autres

Avec COVID-19 - Sortez masqués !

quelques tutos
Le champion, élu par le LIEN, ce remarquable tuto à faire soi - même , économique, main ou machine et sans élastique selon modèle AFNOR,
https://www.youtube.com/watch?v=8Zw…

http://stop-postillons.fr/#comment-…
ou
https://www.afnor.org/
ou
https://medium.com/@thejanellemj/pl…
La City University de Hong Kong publie l’efficacité d’un masque fabriqué à la maison à partir de deux morceaux de serviette en papier + un mouchoir « … s’est avérée avoir atteint 80 à 90% de la fonction des masques chirurgicaux ordinaires en termes de leur filtration des aérosols et des gouttelettes. "
et
Daniel Garin, professeur de biologie dans les hôpitaux militaires nous offre une leçon de masques
https://www.youtube.com/watch?v=7Lg…

Tuer le messager n’efface toujours pas la mauvaise nouvelle, en hommage au médecin chinois Li Wenliang qui a tenté de prévenir le monde , écoutez
https://www.youtube.com/watch?v=bda…

Nos activités d’aide aux victimes d’accident médical continuent :

Si vous souhaitez signaler un accident médical, faites le sur
https://signalement.social-sante.go…

Le LIEN est une association agréée de défense des intérêts des patients.
Notre cœur d’activité est de lutter contre les accidents médicaux et les infections associées aux soins, et vous aider à faire respecter vos droits dans les établissements de santé publics et privés, en établissement pour personnes âgées ou en soins de ville ( cabinets médicaux, infirmiers, dentaires, centres de radiologie, de biologie …) . Nous pouvons vous aider dans vos démarches amiables pour vous faire entendre, adresser une réclamation, déclarer un accident médical ou accéder à votre dossier.
Quelques recommandations pour réduire les risques de complications médicales évitables :

D’abord, ouvrez l’œil et si vous remarquez une anomalie qui vous concerne, soit un acte soit une information inadaptée inscrite dans votre dossier, soit un défaut de surveillance, dites le sans hésiter.
Insistez pour demander la correction d’une fausse information, faire inscrire dans votre dossier une information que vous estimez capitale ( allergies, traitements antérieurs, antécédents, risques connus) toujours avec politesse mais fermeté et ne lâchez pas avant d’avoir obtenu une réponse qui vous parait cohérente. Cela peut vous sauver la vie.
Photographiez vos résultats d’analyses biologiques, comptes rendus de radiologie, interventions et traitements avec votre téléphone portable pour les avoir toujours sur vous en cs de besoin ou d’urgence.
Osez parler avec votre médecin et osez dialoguer pour être sûr(e) que le traitement, l’examen ou l’intervention sont bien nécessaires.
Exigez toujours une information sur les effets indésirables de tel ou tel examen ou traitement. Pesez le pour et le contre, et exprimez votre préférence.

Et surtout n’hésitez pas en cas de doute, à demander un deuxième avis médical, surtout s’il s’agit d’un diagnostic grave ou d’un traitement lourd.
Si vous souhaitez déclarer au ministère de la santé, une situation d’accident médical vécue par vous même ou une personne proche, vous pouvez déclarer sur :
https://signalement.social-sante.go…

Plusieurs milliers de personnes décèdent chaque année en France d’erreurs médicales, d’effets indésirables de traitements médicaux ou d’infection nosocomiale . Ce fléau pourrait être la 3e cause de décès dans les pays dits développés.
Vous pouvez demander une indemnisation des préjudices de soin selon une procédure amiable et gratuit devant la commission régionale d’indemnisation des accidents médicaux, la CCI, ou devant un tribunal.
Attention, pour faire une demande d’indemnisation en CCI, même si vous pouvez le faire seul, de nombreuses victimes ont la déception de voir leur dossier non recevable. Nous ne pouvons que vous recommander de vous faire aider car si votre dossier est estimé non recevable par la CCI, la procédure étant amiable, les appels pour rejet du dossier par la commission ne sont pas possibles ; il ne vous restera plus que la voie contentieuse devant un tribunal. Vous pouvez vous adresser à un avocat quelle que soit la voie choisie.
L’association Le LIEN ne fait pas de conseil juridique mais peut vous aider à optimiser la préparation et présentation du dossier devant une commission régionale amiable d’indemnisation, son soutien est gratuit pour tout adhérent. En cas de besoin une étude de dossier peut - être réalisée par un médecin conseil de victimes à votre demande.
Notre messagerie pour vos demandes d’aide : reseausante @ hotmail.fr

S’il s’agit d’aller devant un tribunal, l’association peut vous aider à choisir un avocat spécialisé dans l’indemnisation des accidents médicaux.

et n’oubliez pas que si vous avez souscrit un contrat de protection juridique, ce contrat peut couvrir tout ou partie de vos frais d’accompagnement à l’expertise, devant la CCI ou devant un tribunal, par un avocat ou un médecin conseil de victime, spécialiste du dommage corporel.
Votre assureur doit toujours être prévenu de votre intention d’engager une demande d’indemnisation avant d’engager vos démarches devant une CCI ou un tribunal.

COVID-19 : web 9e session Jeudi 25 juin à 17 heures Du syndrôme de la cabane au stress post-traumatique, parlons-en !

inscription sur

https://www.france-assos-sante.org/…

WEBINAIRE COVID-19 jeudi 25 Juin à 17 heures
Publié le : 22 juin 2020

https://www.france-assos-sante.org/

« Les jeudis de France Assos Santé »
Attention, changement d’horaire 17 heures
Vous avez la parole face aux experts. Ils répondront en direct à vos questions le 25 juin 2020 à 17h !

COVID-19 - Du syndrome de la cabane au stress post traumatique, de la perte de sommeil aux troubles mentaux, parlons-en !

« Même quand la pandémie sera maîtrisée, le deuil, l’anxiété et la dépression continueront d’affecter les personnes et les communautés ; les problèmes de santé mentale, notamment la dépression et l’anxiété sont parmi les plus grandes causes de misère dans notre monde »

alertait António Guterres, secrétaire général de l’ONU, inquiet des effets du stress psychologique et appelant à intervenir massivement (rapport ONU 13 mai 2020).

Peur de la maladie, de la précarité, mais aussi vécus de solitude, séparations, perturbations de la vie privée, de la famille, et de l’emploi, turbulences économiques, sont autant de facteurs de détresse liés à l’épidémie COVID-19.

Nous vous invitons à ce webinaire pour en parler avec nos experts, pour aider à comprendre et combattre les marques du stress, ouvrir des pistes pour surmonter les troubles psychologiques, voire psychiatriques affectant notre vie, et pour reprendre pied dans notre nouveau quotidien, du plus jeune au plus grand âge.

Pour y participer gratuitement, il vous suffit de cliquer sur le bouton orange « Inscription » et compléter le formulaire d’inscription.
https://www.france-assos-sante.org/

Le mot du Président,

Chères amies, chers amis,

D’étape en étape, et sous conditions, après 8 semaines de confinement, nous retournons peu à à peu à une vie plus libre de nos mouvements ; le déconfinement invite les uns à retourner au travail, les autres à reprendre leur vie sociale et les patients à retrouver leurs soignants et leur parcours.
Cette épidémie, la COVID-19, n’a pas seulement atteint nos organes, nos fonctions physiologiques et vitales, elle a aussi bouleversé les vies quotidiennes des plus petits aux plus âgés. Les phases confinement ou déconfinement n’ont été neutres ni l’une ni l’autre psychologiquement pour un grand nombre de personnes, soit que l’isolement forcé ait pu réveiller des fragilités latentes, jusqu’à la décompensation clinique, soit que les inquiétudes de l’avenir, les angoisses face aux effets de la maladie, le stress ou, pire, les épreuves du deuil notamment dans un moment de séparation avec un être cher, aient pu créer des troubles psychologiques profonds difficiles à surmonter.
Des études menées en Chine dès le début du confinement, publiées par la revue The Lancet démontrent que lorsque le confinement dépasse les dix jours, les symptômes du stress post traumatique apparaissent avec de nombreuses conséquences pour beaucoup liées à la privation de lien social. Or, nous avons dépassé deux mois d’isolement social.
Nous continuons d’être stressés en permanence pour une surabondance d’information anxiogène, et notamment par l’idée d’un re-confinement possible cet automne.
Cependant, nous devons reprendre le cours de nos vies tout en prenant les précautions nécessaires, car l’on ne cesse de nous rappeler, que non, l’épidémie COVID-19 n’est finie ni chez nous, ni dans le monde.
Nous sommes bien conscients que les mois à venir seront encore une épreuve, que nous sommes tous susceptibles d’en être affectés psychologiquement.
De la plus simple irritation aux troubles plus profonds de la dépression, les effets peuvent se manifester à distance, des mois ou des années après, sous différentes formes, à tout âge de la vie.

C’est pourquoi, chères et chers ami(e)s, ce webinaire vous propose de mieux comprendre les effets psychologiques des changements qui nous sont imposés pour contrôler l’épidémie, et quelles pistes peuvent nous aider à traverser les épreuves de cette période unique.
Nos experts répondront à vos questions et nous les en remercions bien vivement.

Gérard Raymond
Président de France Assos Santé

Les Etats-Unis retirent l’autorisation d’urgence de l’hydroxychloroquine pour le Covid-19

L’Agence américaine du médicament (FDA) a retiré ce lundi l’autorisation d’utiliser en urgence deux traitements contre le Covid-19, la chloroquine et l’hydroxychloroquine.

https://www.fda.gov/media/138945/do…

Selon l’agence, il n’y a pas d’efficacité démontrée de la Chroloquine et de l’Hydroxycholoquine , mais il existe en revanche un risque d’effets secondaires cardiovasculaires. Il n’est plus raisonnable de croire que les bénéfices connus et potentiels de ces produits dépassent leur risque connu et potentiel, et la fin de leur utilisation d’urgence a été annoncé.

Pour mémoire, la FDA avait donné le 28 mars son feu vert pour que ces traitements soient prescrits uniquement en milieu hospitalier, à des patients contaminés par le nouveau coronavirus.
En France, l’usage de l’hydroxychloroquine est banni depuis le 28 mai.

Quelles retombées traumatiques psychologiques et sociales de l’épidémie…

Quelles retombées traumatiques de l’épidémie COVID-19 sur la société ?

Pour faire la part des choses et pouvoir estimer l’impact traumatique du Covid-19 sur nos sociétés, une équipe internationale de chercheurs issus de sept grandes universités (dont l’Université Aix-Marseille et l’Université de Poitiers) a lancé une grande étude sur le sujet.
Le questionnaire d’une durée de dix minutes s’intéresse notamment à la façon dont nous avons vécu la crise du Covid-19, le confinement, quels ont été nos émotions et ressentis à certains moments précis.
En évaluant le risque traumatique lié au Covid-19, les chercheurs ont espoir de pouvoir mettre en place des solutions adaptées pour prendre en charge, par exemple, d’éventuels syndromes post-traumatiques qui pourraient apparaître à l’issue de la crise.

Participez au questionnaire ( 10 minutes )

https://www.surveymonkey.com/r/BJQ2B6Y

Articles précédents

Mots-clés