Adhérez au Lien

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12

Vous êtes ici : Accueil > Articles > COVID-19 : la situation connue au 27 août 2020

Article

COVID-19 : la situation connue au 27 août 2020

28 août

1 - La surveillance des eaux usées, un indicateur prédictif de la montée d’une nouvelle poussée de COVID-19 ?
par V. Maréchal ( Pr en virologie)
L’augmentation du nombre de cas détectés depuis quelques semaines est confirmé - en région parisienne notamment - par une détection précoce du génome SARS-Cov2 dans les eaux usées. Nous avons suivi la première vague depuis le 5 mars dans plusieurs stations d’eaux usées parisiennes et démontré que les charges virales étaient étaient corrélées au nombre de cas détectés.
Nous n’avions plus de signaux dans les eaux usées au moment du déconfinement, et ce jusqu’au 23 juin dernier, où les eaux usées se sont à nouveau positivées de façon très faible et sporadique.
Ce signal n’a cessé d’augmenter depuis, annonçant sans doute la recirculation du virus que nous voyons aujourd’hui.

C’est un indicateur macro-épidémiologique qui vaut ce qu’il vaut (mais son caractère prédictif a été démontré par nos collègues italiens et espagnols), il s’est également avéré prédictif d’une recirculation probable très tôt cet été, sans doute davantage attribuable à un moindre respect des gestes barrières qu’à des conséquences touristiques. Des collègues ont observé - en zones littorales - des phénomènes comparables.

2 - La dernière mise à jour (23 août) du dossier graphique « Epidémiologie Covid19 en France et dans le monde » est disponible via le lien :

https://clicktime.symantec.com/3ucx…

3 - L’agence santé publique france fait le point
COVID-19 : point épidémiologique du 27 août 2020

Points clés
En France métropolitaine
Progression exponentielle de la transmission du virus du SARS-COV-2 (+58% en S34), plus rapide chez sujets jeunes adultes
Augmentation du nombre de personnes avec des symptômes (+74%) représentant plus de la moitié des cas
Augmentation des taux de dépistage (+32%)
Hausse des nouvelles hospitalisations et admissions en réanimation
14 départements avec une incidence au-dessus du seuil de 50/100 000 habitants et 10 classés en niveau vulnérabilité élevé
Poursuite de l’augmentation du nombre de clusters
Augmentation des nombres de signalements dans les Ehpad
Outre-mer :
Antilles et La Réunion : augmentation de la circulation du SARS-COV-2
Guyane et Mayotte : épidémie en régression
Pour limiter la propagation du virus :

Augmenter l’application de l’ensemble des gestes barrières et distanciation physique
Tester—Tracer—Isoler

Nombre de nouveaux cas confirmés de COVID-19 (SI-DEP) 26 890 (17 165 )*
Taux de positivité (%) pour SARS-COV-2 (SI-DEP) 3,7 (3,1)*
Nombre d’actes SOS Médecins pour suspicion de COVID-19 2 464 (2 054)*
Nombre de passages aux urgences pour suspicion de COVID-19
(réseau OSCOUR®) 2 498 (2 196)*
Nombre de nouvelles hospitalisations de patients COVID-19
(SI-VIC) 1 084 (1 008)*
Nombre de nouvelles admissions en réanimation de patients
COVID-19 (SI-VIC) 174 (128)*
Nombre de décès liés au COVID-19 (incluant les décès en
hospitalisation et décès en EHPAD et autres EMS) 65 (97)

en savoir plus :
https://www.santepubliquefrance.fr/…

Commentaire du LIEN
Les tests sont fait très inégalement et la variabilité des délais pour recevoir les résultats sont fantaisistes
C’est pourquoi, il serait plus efficace de : Isoler , tester, tracer
Isoler immédiatement dès que se déclarent des symptômes sans attendre les résultats du test
Catherine Hill , épidémiologiste, invitée de la matinale d’Europe 1, sur la progression de l’épidémie de coronavirus en France, affirmait lundi que la politique de dépistage aujourd’hui déployée sur le territoire est inefficace ; elle met en cause les chiffres données par les autorités sanitaires, qui ne sont, selon elle, que « la partie immergée de l’iceberg ».
Catherine Hill fustige la stratégie du gouvernement la politique de dépistage mise en place par les autorités sanitaires depuis le début de la crise, . « On les fait très mal, à n’importe qui, n’importe où et n’importe quand : on gâche de l’argent ! » lance-t-elle au micro d’Europe 1. L’épidémiologiste appelle ainsi à « organiser autrement » le système de tests. « Il faut que les tests aillent aux gens et pas que les gens aillent aux tests », et mettre en place, selon elle, un dispositif global le plus tôt possible.

Claude Rambaud

Tous les articles