Adhérez au Lien

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12

Vous êtes ici : Accueil > Articles > Stop à la banalisation, COVID-19 n’est pas une « infection virale banale » (...)

Article

Stop à la banalisation, COVID-19 n’est pas une « infection virale banale » ni « une simple grippe », c’est un vrai syndrome respiratoire qui touche plus gravement les plus fragiles

11 mars

Le président de la République fera demain soir une déclaration à 20 heures, a annoncé l’Élysée.Cette déclaration « sera consacrée à la crise sanitaire du coronavirus ». Selon Emmanuel Macron des mesures de confinement aussi drastiques qu’en Italie ou en Chine contre l’épidémie de coronavirus, bien qu’elles n’aient « pas lieu » d’être prises actuellement en France, « ne peuvent être exclues ».

Sans paniquer, regardons la situation en face afin de mieux nous préparer et mieux se préserver . Participons et luttons ensemble contre ce qui est une véritable attaque de la santé de la population, protégeons les plus faibles,

et parlons vrai !

Non, COVID-19 n’est pas une « infection virale banale » comme vous avez pu l’entendre encore ce matin sur une radio musicale.

Pourquoi ce n’est pas « une infection virale banale » ni une simple grippe ?

1 - D’abord COVID-19 tue au moins 3 à 4 fois plus que la grippe « banale ». Il est connu que la grippe tue chaque année entre 10 000 et 20 000 personnes. Faites les comptes x 4 = ? pour certains ce chiffre est optimiste

2 - Ce n’est pas parce que ce sont les plus vieux ou les plus faibles qui vont en mourir majoritairement que l’on peut qualifier la maladie de « banale » ! il faudra faire des tris des patients qui auront accès aux unités de réanimation, à partir d’un certain seuil épidémique. En Italie, c’est parce que l’on manquait de place en réa et qu’il fallait faire des tris de patients, faute de lits, de respirateurs et de personnels, que le pays s’est mis en confinement pour calmer la flambée.

3 - Ensuite le coronavirus responsable de COVID-19 est un virus respiratoire qui provoque chez 20 % des personnes infectées un syndrome respiratoire et 5% nécessiteront une hospitalisation en réanimation.

4 - Son pouvoir de contagiosité est élevé. En moyenne, chaque personne infecte entre 2,4 et 3 personnes selon l’environnement dans lequel elle vit ou travaille, son degré de prise de conscience de sa propre responsabilité et son comportement.

et je fais confiance à nos lecteurs, pour trouver encore des arguments.

Se préserver devient une nécessité, comment ?
Les fondamentaux d’un bon comportement ont été mis en ligne ce matin dans l’article ci après ( réf. CDC USA)

Aux Etats-Unis, la maladie dite COVID-19 est prise très au sérieux.
Les autorités ne banalisent pas et les médecins ne parlent ni d’une simple grippe, ni d’une infection virale « banale » comme nous l’entendons régulièrement sur les plateaux de télévision par des médecins « banaux » , ces mêmes médecins qui nous racontent par ailleurs que les enfants ne sont pas concernés, alors que l’on sait depuis le début de l’épidémie en Chine que 1% des enfants sont atteints certes et très heureusement avec très peu de symptômes.
Cependant , même sans symptômes, les enfants infectés sont capables de contaminer leurs proches ; ils se contaminent à l’école où on ne leur apprend pas à se laver les mains, où les équipements sanitaires sont insuffisants en général et que, malgré l’épidémie, rares sont les municipalités qui approvisionnent leurs écoles en savons.

Voilà pourquoi il n’est pas idiot de fermer les écoles pour calmer l’épidémie.

Aux Etats-Unis, COVID-19 est appelé par son vrai nom « syndrome respiratoire ».
Oui, cela rappelle le SRAS, Syndrome respiratoire aigu sévère, ce tueur qui fit plus de 800 morts et 8 000 cas en 2002-2003, en partant de Chine et fut vite réduit car peu contagieux. Très heureusement, le syndrome respiratoire actuel n’est pas du même niveau de gravité, mais il tue tout de même 4 fois plus que la grippe.

Même si la France prend des mesures de confinement plus contraignantes pour ralentir l’épidémie, l’épidémie se poursuivra et s’étalera dans le temps.
Les experts internationaux sont d’accord pour dire que environ 60 % de la population sera touché par COVID-19 dans les mois qui suivent.

Mais nous devons tout faire, individuellement et collectivement, pour éviter de répandre l’épidémie afin de pouvoir l’étaler dans le temps et éviter que les hôpitaux, les médecins de ville, tous les soignants, ambulanciers ne soient en difficultés et pour que toutes les structures du pays résistent à la flambée épidémique.

L’Italie est très inquiète. La Chine vient à son secours. Les responsables italiens ont confirmé la proposition d’un plan d’aide chinois
La Chine est prête à envoyer une aide massive à l’Italie pour faire face à l’urgence du coronavirus, à faire don de 1 000 ventilateurs, 100 000 respirateurs, 2 millions de masques faciaux et 100 000 masques de haute technologie, de 20 000 combinaisons de protection et de 50 000 kits pour effectuer des tests de diagnostic. Mais pas seulement ça. Le gouvernement italien se prépare à acheter un millier de respirateurs pulmonaires nécessaires aux unités de soins intensifs. Ce sont des machines prêtes à l’emploi, produites par des entreprises chinoises et dont le dirigeant de Pékin - compte tenu de la baisse des infections due à une politique de confinement serré - n’a plus besoin actuellement.

Claude Rambaud

Tous les articles