Passage au site spécifique : Les États Généraux du Lien

32bis, rue E.-Landrin, 92100 Boulogne Billancourt
01 40 91 78 04

Vous êtes ici : Accueil > Articles > Vaccination, médecins et associations de patients ensemble face à la (...)

Article

Vaccination, médecins et associations de patients ensemble face à la prévention des maladies contagieuses

19 décembre 2016

23 sociétés savantes de médecine soutiennent le rapport du comité de concertation sur la vaccination
http://concertation-vaccination.fr/…

Tandis que les syndicats de médecins demandent que les autorités se positionnent rapidement et souhaitent une obligation vaccinale claire.http://www.csmf.org/actualites/2016…
et que des associations de patients s’unissent pour demander de transformer les propositions du rapport en actions et en solutions concrètes

Dans le même temps, d’autres font commerce de rumeurs pour entretenir des peurs non fondées scientifiquement, à seule fin d’exploiter financièrement ou socialement la crédulité des gens. Certains sites de désinformation sont purement commerciaux, et touchent la France depuis la Suisse ou la Belgique.
Faudrait il répondre systématiquement à toute forme de désinformation ou d’inexactitude scientifique qui entretient la peur des vaccins ? oui les autorités devraient exercer une veille permanente, et mettre en oeuvre une campagne d’information basée sur des preuves scientifiques. Les français ne sont pas idiots, ils peuvent comprendre si on leur explique.
http://mediateur.radiofrance.fr/mes…

mais au fond, de quoi faut il avoir peur ?
Faut il avoir peur des vaccins ? pourquoi ?
ou bien faut il avoir peur des maladies infectieuses, de leurs conséquences ?
Oui, les français doivent être informés sur la réalité des effets indésirables des vaccins comme de tout produit médicamenteux, oui les firmes et les autorités sanitaires nous doivent une transparence sans faille sur cette question, et toute information cachée doit être sanctionnée.
mais Oui aussi, la vérité doit être dite à chaque épidémie ; certes le tétanos n’est pas contagieux mais tue encore en France ; la méningite à méningocoque est contagieuse et est responsable de 25 décès lors de la dernière épidémie, 25 décès recensés en France sur 569 cas entre 2011 et 2015 ; et nombreuses sont les victimes de complications neurologiques des maladies infectieuses, avec séquelles cérébrales graves,surdités, ou amputations.
La rougeole est elle une maladie banale ? 10 décès ont été notifiés lors de la dernière épidémie en France qui s’est terminée en 2012.
En dessous de 95 % de couverture vaccinale d’une population, le risque d’épidémie est estimé élevé et les conséquences graves pour les plus fragiles.
http://concertation-vaccination.fr/…
Du fait de l’hésitation vaccinale forte en France résultant notamment de la peur entretenue activement par ceux qui en tirent profit, ( mais pas seulement, les firmes ont aussi leur responsabilité), et en raison de nombreuses contributions citoyennes demandant la levée de l’obligation vaccinale, le comité a exprimé une possible exemption de vaccination si celle ci est formulée par les parents pour leurs enfants.
http://www.leciss.org/espace-presse…
La proposition, longuement débattue, est contestée par les médecins ; ils souhaitent majoritairement une obligation vaccinale sans exemption, estimant soit que, au nom de la santé publique, l’obligation doit être ferme, soit que l’information à délivrer pour en comprendre les enjeux serait trop lourde, pas sûre d’être bien comprise.
Rappelons qu’à ce jour, des travaux de recherche scientifique financés depuis 20 ans pour établir des liens entre aluminium et syndrome de grande fatigue, n’ont pas abouti. Ni l’absence de lien ni la réalité des liens ne sont démontrés. Cependant, même s’ils étaient établis, le rapport bénéfice risque resterait en faveur de la vaccination qui protège contre des maladies contagieuses tueuses ou invalidantes.
De plus, les adjuvants à base de calcium, élément souvent avancé comme alternative aux sels d’aluminium par les opposants aux vaccins actuels, n’a pas une efficacité suffisante ; des composés à base d’aluminium ont été introduits dans les vaccins au début du siècle, et il y a un siècle de recul et de surveillance sur cet adjuvant et ses effets, difficile d’avoir une si longue expérience pour n’importe quel autre adjuvant.
Si un reproche peut être fait aux autorités chargées de santé publique, c’est bien d’avoir perdu la main sur la diffusion des connaissances scientifiques et sur la communication de ces informations au grand public, public ne sait plus qui croire.
Face à la bonne image du calcium, la communication n’est elle pas perdue aussi du fait que l’image du calcium est celle d’un produit bénéfique à la santé ? Bien qu’à faible dose, l’aluminium fasse partie des oligo-éléments normaux de notre santé, il a mauvaise presse, certains disent même que nous n’en avons pas dans le corps naturellement, ce qui est faux. Il est nécessaire et à faible dose, cela se sait moins que le calcium . Le calcium, lui aussi, administré à dose supérieure à la normale biologique, peut provoquer des troubles graves voire des accidents cardiaques soudains, mais le calcium est dit « bon » ; c’est bien connu, force de vente pour le lait, il est bon pour les bébés et bon pour les os, bon pour les dents et même bon pour les plus vieux. Ne vend-on pas du lait enrichi au calcium ? et peu importe que dans les vaccins, il ne soit pas scientifiquement un bon adjuvant, entre alu et calcium, la balance penche en faveur de celui qui a une meilleure image.
Que faire ? seule la médecine fondée sur les preuves peut nous permettre de trouver de meilleurs repères. C’est pourquoi, nous avons besoin d’un registre qui permettent de recenser tous les effets indésirables des vaccins et toutes les complications des maladies infectieuses.
Merci aux sociétés savantes, aux associations de patients et aux syndicats de médecins qui rappellent que la vaccination sauve toujours des millions de vie, que sans elle, des épidémies tueuses seront de retour en France et que, en l’état de la science, le bénéfice en est supérieur aux risques quels qu’en soient les effets indésirables recensés.

Parmi les nombreuses lettres de soutien, celle d’une association, AVNIR
e Groupe “AVNIR” est composé des associations suivantes : ACS-France (Action contre les Spondylarthropathies - France), AFS (Association France Spondylarthrites), ALLIANCE DU CŒUR, ANDAR (Association nationale de défense contre l’arthrite rhumatoïde), France Psoriasis, ASF (Association des Sclérodermiques de France), France Lymphome Espoir, HTAPFrance (Hypertension Artérielle Pulmonaire France), Action Leucémies, LMC France (Leucémie Myéloïde Chronique France), RENALOO (maladies rénales, greffe, dialyse).

https://www.youtube.com/watch?v=glF…

Cher Professeur Fischer,

Le comité d’orientation de la concertation citoyenne de la vaccination, que vous présidez, a récemment rendu son rapport sur la vaccination. Le Groupe AVNIR se félicite que l’action et les revendications des associations de patients aient été prises en compte dans votre
réflexion et nous vous en remercions.

Nous avons créé en janvier 2013 le groupe de réflexion AVNIR afin d’aborder la
problématique de la vaccination des personnes immunodéprimées et de sensibiliser
l’ensemble des acteurs (professionnels de santé, patients, décideurs) sur les enjeux de vaccination.

A la suite des auditions que vous nous avez accordées, nous constatons que la majorité de nos recommandations trouvent un écho dans les conclusions de la concertation citoyenne sur la vaccination. A travers nos enquêtes et colloques, dont la dernière édition à laquelle vous nous avez fait l’honneur de participer, s’est tenue au Sénat le 18 octobre dernier, nous avons mis en avant plusieurs propositions directement en phase avec les grandes orientations de votre rapport sur la vaccination : - La simplification du parcours de vaccination fait partie de vos recommandations et nous semble essentielle. Cela passe notamment par une plus grande disponibilité des vaccins, afin d’éviter le plus possible les ruptures de stocks, ou par la pratique de l’acte vaccinal par une base plus large de professionnels de santé (infirmiers, sages-femmes), afin de faciliter l’accès aux vaccins et le parcours de la vaccination

2 Le Groupe “AVNIR” est composé des associations suivantes : ACS-France (Action contre les Spondylarthropathies - France), AFS (Association France Spondylarthrites), ALLIANCE DU CŒUR, ANDAR (Association nationale de défense contre l’arthrite rhumatoïde), France Psoriasis, ASF (Association des Sclérodermiques de France), France Lymphome Espoir, HTAPFrance (Hypertension Artérielle Pulmonaire France), Action Leucémies, LMC France (Leucémie Myéloïde Chronique France), RENALOO (maladies rénales, greffe, dialyse).

  • Le soutien au personnel de santé, grâce notamment à la formation, est aussi une des recommandations phares du rapport. Nous l’avions exprimé à de nombreuses reprises : la formation est essentielle afin d’aider les professionnels à identifier les patients à hauts risques et à connaître les règles de vaccination pour les personnes immunodéprimées. - Le rapport propose également de développer des outils pour le patient, comme le carnet de vaccination électronique : nous l’avions en effet considéré comme un outil efficace pour permettre un meilleur suivi du statut vaccinal.

Si nous voulons améliorer significativement les taux de couverture vaccinale, il est grand temps de transformer ces recommandations en actions et en solutions concrètes. La remise du rapport du Comité d’orientation est une étape essentielle en ce sens. Nous avons pris connaissance de la mobilisation des sociétés savantes et nous soutenons leur démarche qui va dans le sens de notre engagement pour la vaccination des malades immunodéprimés.
Nous saluons votre implication à prendre en compte les problématiques spécifiques à la vaccination des personnes à risque. Nous sommes ravis de voir que la promotion de la vaccination adaptée aux personnes immunodéprimées et des patients à risque n’a pas été oubliée dans le rapport. Nous sommes enfin tout à fait disposés, en tant que représentants des patients, à continuer à travailler avec vous pour poursuivre le combat et faire entendre la voix des patients. Nous exercerons une vigilance particulière pour que ces recommandations aboutissent dans l’intérêt des patients.
Bien à vous. Veuillez recevoir, Professeur Fischer, nos sentiments distingués.

Le groupe AVNIR

3 Le Groupe “AVNIR” est composé des associations suivantes : ACS-France (Action contre les Spondylarthropathies - France), AFS (Association France Spondylarthrites), ALLIANCE DU CŒUR, ANDAR (Association nationale de défense contre l’arthrite rhumatoïde), France Psoriasis, ASF (Association des Sclérodermiques de France), France Lymphome Espoir, HTAPFrance (Hypertension Artérielle Pulmonaire France), Action Leucémies, LMC France (Leucémie Myéloïde Chronique France), RENALOO (maladies rénales, greffe, dialyse).

ASF (Association des Sclérodermiques de France) - Dominique Godard

ACS-France (Action contre les Spondylarthropathies - France) – Franck Gerald

AFS (Association France Spondylarthrites) – Ghislaine Schmidt
ALLIANCE DU CŒUR -Philippe Thebault ANDAR (Association Nationale de Défense contre l’Arthrite Rhumatoïde) Gérard Thibaud
France Lymphome Espoir - Guy Bouguet
France Psoriasis – Bénédicte Charles HTAPFrance – Mélanie Dewavrin
(Hypertension Artérielle Pulmonaire France) -
Action Leucémies – Christian Bodéré LMC France (Leucémie Myéloïde Chronique - France) – Mina Daban

4

Tous les articles