Passage au site spécifique : Les États Généraux du Lien

32bis, rue E.-Landrin, 92100 Boulogne Billancourt
01 40 91 78 04

Vous êtes ici : Accueil > Articles > « le mythe de la bonne observance » ! cherchez l’erreur

Article

« le mythe de la bonne observance » ! cherchez l’erreur

6 juillet 2015

Pas de surveillance de l’observance par le patient des traitements médicalement prescrits sans évaluation des pratiques et compétences médicales, tel est bien l’un des combats du LIEN.

Oui, surveiller le bon comportement des patients envers les traitements prescrits, c’est aujourd’hui possible car tous les outils de flicage existent pour les observer à distance.

Pourquoi fliquer les patients ?
Pour qu’ils se portent mieux ou pour les punir en cas de mal observance ?
Pour qu’ils se portent mieux ? soit, mais il faudrait aussi mettre les comportements de prescriptions médicales sous surveillance pour en vérifier la bonne observance des bonnes pratiques de prescription notamment en matière d’antibiothérapie, de benzodiazépines, d’examens diagnostics etc…et évaluer combien de patients meurent de non pertinence médicamenteuse, ou interventionnelle.
L’absence d’évaluation des pratiques et compétences médicales est un principe indestructible bien français.

Pour les punir ? oui il s’agit bien de sanctions au nom de la lutte contre les gaspillages, comme ce fut le cas d’une tentative avortée de suppression de la prise en charge des traitements de pression positive continue pour l’apnée du sommeil. Mesure o combien injuste qui voulait sanctionner des patients n’utilisant pas suffisamment leur appareil, en mettant fin à leur prise en charge sur avis de prestataires non médecins chargés d’effectuer cette surveillance flicage, sans s’assurer de la bonne éducation du patient ou d’un suivi pédagogique à la hauteur de la difficulté du traitement.
Trop de gaspillages de médicaments serait ainsi le fait de mauvais comportements de patients ? alors que de nombreuses études démontrent que la non pertinence des prescriptions tant médicamenteuses qu’interventionnelles représentent plus de 30 milliards de gaspillage des ressources de l’assurance maladie.

le billet d’un représentant de patient à lire
http://leplus.nouvelobs.com/contrib…

Claude Rambaud

Tous les articles

Mots-clés