Passage au site spécifique : Les États Généraux du Lien

32bis, rue E.-Landrin, 92100 Boulogne Billancourt
01 40 91 78 04

Vous êtes ici : Accueil > Articles > Mourir de la rougeole en 2018, oui c’est possible

Article

Mourir de la rougeole en 2018, oui c’est possible

13 février - Mots-clés : vaccination   épidémie  

Mardi 13 février 2018 : Environ 300 cas déclarés dont un décès et 50 personnes en réanimation en Nouvelle Aquitaine
L’ARS Nelle Aquitaine a précisé que la jeune femme décédée n’était pas vaccinée. Selon sa famille, elle aurait été contaminée lors d’un contact avec des enfants en salle d’attente à l’hôpital de Poitiers.

OUI, la rougeole est une maladie qui tue ou peut laisser invalide à vie du fait de complications graves comme une encéphalite ou une myélite.

Recommandation de l’ ARS Nouvelle Aquitaine
Une vaccination en urgence (dans les 72h) peut stopper la maladie.
Conduite à tenir pour les cas contact après une exposition à un cas de rougeole : Dès que le diagnostic de rougeole est posé, les cas contacts non immunisés (non vaccinés, 1 seule dose ou incertitude sur le statut vaccinal) peuvent éviter la maladie en se faisant vacciner dans les 72 h suivant le contact

Devant l’extension de l’épidémie, la ministre de la santé appelle les personnes non vaccinées à le faire rapidement.

en savoir plus :
https://www.nouvelle-aquitaine.ars….

ARS : « la couverture vaccinale reste insuffisante en France chez les 15-35 ans et chez les nourrissons, ce qui explique que le virus continue à circuler dans le pays ».
À titre indicatif l’ARS rappelle qu’en Gironde, en 2015, la couverture vaccinale Rougeole-Oreillons-Rubéole (ROR) était de « 80,3 % chez les enfants de 2 ans » alors que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) « recommande 95% » de couverture.

Est ce le résultat de l’hésitation vaccinale à la française ?

Épidémie de rougeole, une histoire qui se répète, hélas !
En France et dans le monde

http://www.huffingtonpost.fr/2017/0…

Agence Santé publique France :
Du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2016, soit en 9 ans, plus de 24 000 cas de rougeole ont été déclarés en France (dont près de 15 000 cas pour la seule année 2011). Près de 1 500 cas ont présenté une pneumopathie grave, 34 une complication neurologique (31 encéphalites, 1 myélite, 2 Guillain-Barré) et 10 sont décédés. Le nombre de cas a fortement diminué en 2012, puis est resté stable en 2013 et 2014 (respectivement 859, 259 et 267 cas déclarés). En 2015, le nombre de cas augmentait de nouveau (364 cas), en lien avec un important foyer épidémique en Alsace (230 cas). En 2016, 79 cas ont été déclarés, témoignant d’une circulation moindre du virus de la rougeole.

Du 1er janvier au 31 juillet 2017, 387 cas ont été déclarés (pic épidémique au mois de mai, avec 113 cas déclarés). 154 cas (40%) ont dû être hospitalisés, dont deux cas d’encéphalite et 31 cas de pneumopathies sévères. Un cas est décédé : il s’agissait d’une jeune femme âgée de 16 ans, sans antécédents médicaux, non vaccinée, décédée dans un tableau de détresse respiratoire aigue et de défaillance multiviscérale. Plusieurs foyers épidémiques ont été observés dans des crèches (3), des établissements scolaires (4), une université, la communauté des gens du voyage (3) ainsi que des structures de soins, services d’urgences hospitalières donnant lieu à des cas nosocomiaux (3 services). Hormis deux foyers situés en Moselle et Alsace, la majorité de ces foyers a été observée dans la moitié sud de la France (cf. fig 3).

Claude Rambaud

Tous les articles

Mots-clés