Passage au site spécifique : Les États Généraux du Lien

32bis, rue E.-Landrin, 92100 Boulogne Billancourt
01 40 91 78 04

Vous êtes ici : Accueil > Articles > Hépatite C, parlons en ! Les patients seraient-ils les cobayes d’une médecine (...)

Article

Hépatite C, parlons en ! Les patients seraient-ils les cobayes d’une médecine sans preuves ?

18 juin 2015

Le rapport ministériel de « recommandations 2014 pour la prise en charge des personnes infectées par les virus de l’hépatite B ou de l’hépatite C » réalisé sous la direction du Pr Daniel DHUMEAUX, et sous l’égide de l’ANRS et de l’AFEF, aurait pesé lourdement sur l’évaluation par la HAS des nouveaux médicaments du traitement de l’hépatite C chronique ainsi que sur l’élargissement des indications de traitement avec ces médicaments par les hépatologues.

L’équipe de Formindep, se bat pour une médecine de qualité et indépendante, alerte sur le sofosbuvir et pas seulement.
Lire sur

De plus en plus des voies de médecins s’élèvent pour dénoncer des études financées par ceux qui en tirent profit et sans éthique. Il serait temps d’exiger ds firmes qu’elles mettent les données brutes résultant des travaux de recherche, à la disposition des chercheurs.
Le LIEN ne cesse d’alerter sur les insuffisances des déclarations des effets indésirables des traitements, notamment des médicaments ; ces carences graves nuisibles à la santé publique ne font l’objet d’aucune sanction bien qu’obligatoires pour les prescripteurs et les pharmaciens. De ce fait, les effets des médicaments dans la vraie vie ne sont pas évaluables correctement, d’autant que l’omerta est renforcée par des déclarations de décès tronquées, mensongères dès qu’il s’agit d’un décès dû à un effet médicamenteux. Nos fameuses plus grandes données de santé au monde détenues par l’assurance maladie ne servent à rien. L’assurance maladie paye des sinistes depuis plus de 50 ans, sans s’inquiéter des désastres qu’elle encourage par son comportement d’aveugle.
La pharmacovigilance est mise en échec, sans que rien ne bouge. Il y a pourtant eu de tristement célèbres sinistres médicamenteux en France ; en ce cas, l’Etat prend le relais auprès des victimes. A la fois, c’est le minimum que puisse faire l’Etat, responsable de ce laxisme généralisé, et à la fois, n’est ce pas une façon de faire taire le scandale et ne rien changer ?

http://www.formindep.org/

Claude Rambaud

Galerie d'images

Tous les articles

Mots-clés