Adhérez au Lien

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12

Vous êtes ici : Accueil > Articles > Nouveaux variants en France, un seuil inquiétant ; le re-confinement se (...)

Article

Nouveaux variants en France, un seuil inquiétant ; le re-confinement se rapproche - t il ?

7 février - Mots-clés : variant covid  

Les nouveaux variants arrivent en masse en France. Le séquençage de masse que nous demandions il y a déjà un mois, va enfin se mettre en place.

« Le poids des variants augmente de 50% par semaine ». À ce rythme de croissance, les nouveaux variants seront donc majoritaires d’ici 3 semaines dans l’Hexagone, si aucune nouvelle mesure n’est décidée par le gouvernement pour essayer d’enrayer la progression de l’épidémie" dit Daniel Lévy-Bruhl, responsable de l’unité infections respiratoires de l’agence de santé publique.

Il estime que la diffusion de variants du coronavirus plus transmissibles rend probable la nécessité de « mesures plus strictes » en France « dans un avenir proche », en raison d’un nombre de malades hospitalisés déjà « très élevé ».

« Il est probable que le R effectif », le taux de reproduction qui mesure la dynamique de l’épidémie, « dans un avenir proche va passer largement au-dessus de 1 », souligne-t-il. Une situation qui imposerait alors, selon lui, la mise en place de mesures plus strictes.

https://www.capital.fr/economie-pol…

Chez les enfants : The Gardian, journal britannique annonce que la variante du syndrome inflammatoire de Kawasaki lié au Covid touche jusqu’à 100 enfants par semaine dans les hôpitaux du Royaume-Uni.
Découverte en avril dernier, la variante de la maladie de Kawasaki associée au coronavirus est appelée le syndrome inflammatoire multisystémique chez les enfants (MIS-C) ou PIMS , paediatric inflammatory multi-system syndrome.

La maladie est rare, elle se caractérise par ce que l’on appelle une vascularite avec des gonflements de vaisseaux sanguins dans tout le corps, des éruptions cutanées, de la fièvre et des ganglions lymphatiques enflés ; elle est dite multi viscérale, elle peut se manifester au niveau de plusieurs fonctions, surtout digestives et cardiaques .

Le Dr Liz Whittaker, porte-parole du PIMS pour le Collège royal de la pédiatrie et de la santé infantile, a déclaré que les parents ne devraient pas être alarmés par la flambée des hospitalisations, car l’incidence récente du PIMS est proportionnelle à l’impact plus important de la pandémie sur les adultes au cours des dernières semaines.

« Le PIMS peut être très sérieux. Mais nous avons vu moins d’enfants gravement malades [dans la deuxième vague] parce qu’il y a une reconnaissance plus précoce et un traitement plus précoce ».
« Cela reste rare, et nous ne pensons pas que les parents devraient s’inquiéter, car il est beaucoup plus probable que cela n’affectera pas leur enfant. Les chiffres sont faibles et [PIMS] ne serait pas une raison pour empêcher l’ouverture d’écoles. L’âge médian [d’apparition] est de neuf ans. Nous ne fermerons pas les terrains de jeux. »

en savoir plus
https://www.theguardian.com/world/2…

Quels sont les symptômes évocateurs de la maladie de Kawasaki :

  • une fièvre prolongée inexpliquée, supérieure à 38 °C, qui persiste au moins 5 jours et ne répond pas aux antipyrétiques ni aux antibiotiques,
  • une éruption cutanée ;
  • une conjonctivite apparaît avec la fièvre ; et des atteintes oropharyngées (érythème des lèvres, une sécheresse, des fissures et parfois des saignements). La langue est framboisée ;
  • des adénopathies cervicales (ganglions gonflés) ;
  • les pieds et les mains atteints d’érythème des paumes ou des plantes ainsi qu’un œdème, desquamation de la peau, c’est-à-dire une perte de la couche superficielle de l’épiderme, touchant principalement la zone vers les organes génitaux, la plante des pieds ou la paume des mains.

Chez les enfants positifs au coronavirus, il y a aussi une atteinte au niveau digestif, et des douleurs abdominales et des symptômes d’’inflammation plus marqués avec une atteinte au niveau du cœur, une inflammation du muscle cardiaque et une inflammation au niveau du péricarde.

Claude Rambaud

Tous les articles