Adhérez au Lien

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12

Vous êtes ici : Accueil > Articles > Le centre européen de prévention et de contrôle des maladies, met en garde (...)

Article

Le centre européen de prévention et de contrôle des maladies, met en garde les pays européens contre la possible 2e vague. Ce n’est pas le moment de baisser la garde.

21 mai

https://www.theguardian.com/world/2…

La perspective d’une deuxième vague d’infection à coronavirus à travers l’Europe n’est plus une théorie éloignée, selon l’agence européenne chargée de conseiller les gouvernements - y compris le Royaume-Uni - sur la lutte contre les maladies.

Interwievée par le journal The Gardian, Andrea Ammon, directrice de l’ECDC,a déclaré :
« La question est de savoir quand et quelle ampleur c’est la question à mon avis ».

La tâche peu enviable des scientifiques a été de le dire. Andréa Ammon, ancienne conseillère du gouvernement allemand, s’exprime franchement dans le journal britannique depuis le début de la crise.

« Regardez les caractéristiques du virus, regardez ce qui émerge maintenant des différents pays en termes d’immunité de la population - ce qui n’est pas si excitant, entre 2% et 14%, qui laisse encore 85% à 90% de la population sensible - le virus est autour de nous, circulant beaucoup plus que janvier et février…

Je ne veux pas faire un tableau apocalyptique mais je pense que nous devons être réalistes. Ce n’est pas le moment maintenant de se détendre complètement. »

L’ECDC regroupe les données fournies par les pays europénes et estime que globalement 35% des cas de COVID-19 à ce jour dans l’UE / EEE et au Royaume-Uni ont été hospitalisés.
Parmi les patients hospitalisés, 9% ont eu besoin de soins intensifs et / ou respiratoires .
21% sont décédés, bien qu’il existe des variations considérables entre les pays.

La dernière analyse groupée des données des pays participant au réseau EuroMOMO a montré une surmortalité toutes causes affectant principalement les personnes âgées de 65 ans et plus, mais également celles âgées de 15 à 64 ans.

Le risque d’hospitalisation augmentait rapidement avec l’âge (à partir de 30 ans) ; le risque de décès a augmenté à partir de 60 ans.
Les cas hospitalisés âgés de 70 ans et plus étaient moins susceptibles d’être admis aux soins intensifs ou de recevoir une assistance respiratoire mécanique.
Les hommes plus âgés ont été particulièrement touchés, étant plus susceptibles que les femmes du même âge d’être hospitalisés, d’avoir besoin de soins intensifs / respiratoires et de mourir. La différence de sexe dans ces issues graves augmentait avec l’âge.

https://www.ecdc.europa.eu/en/news-…

Cependant l’ECDC remarque que e nombre de cas et de décès signalés peut être influencé par les politiques de test, la manière dont les décès sont définis et les paramètres inclus dans la notification des décès. Tous ces facteurs peuvent affecter les tendances internes au pays et rendre difficile la comparaison directe des pays.

Claude Rambaud

Tous les articles

Mots-clés