Adhérez au Lien

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12

Vous êtes ici : Accueil > Articles > un capteur portable pourrait identifier les infections précocement dans les (...)

Article

un capteur portable pourrait identifier les infections précocement dans les plaies ouvertes avant les signes visibles de l’infection.

23 novembre 2021

Un nouvel espoir, celui de la détection rapide des infections conduisant à un traitement susceptible de détruire une infection avant qu’elle ne se transforme en une infection complexe et potentiellement mortelle.

Une équipe de chercheurs affiliés à un grand nombre d’institutions à Singapour a développé un capteur à base de gel qui peut être utilisé pour détecter les infections dans les plaies ouvertes. Dans leur article publié dans la revue Science Advances, le groupe décrit son capteur et son efficacité lors des tests.

« Le concept clé est que l’hydrogel sera dégradé par une enzyme sécrétée par des bactéries, afin qu’il puisse refléter la présence de la bactérie », déclare Ze Xiong l’un des auteurs. « Ensuite, le capteur enverrait une alarme au patient ou au clinicien et ils pourraient remplacer le pansement d’une plaie ou la traiter avec des antibiotiques. »

Concept : un capteur portable identifie précocement les infections dans les plaies ouvertes avant qu’elles ne soient différentes des plaies non infectées.

Ce capteur combine des principes de biologie, de science des matériaux et d’ingénierie électrique, et pourrait un jour être une alternative peu coûteuse et rapide aux outils de diagnostic existants.

De nombreux appareils portables sur le marché aujourd’hui, comme l’Apple Watch ou Fitbit, utilisent des capteurs optiques pour mesurer la fréquence cardiaque et les niveaux d’oxygène dans le sang d’une personne.
Ce portable ne serait pas porté au poignet ou à la main - à la place, des chercheurs de Singapour ont développé un hydrogel et un capteur électronique de la longueur d’un doigt humain qui se fixent directement sur une plaie ouverte.

L’appareil détecte l’infection à sa source en exploitant une bizarrerie particulière de bactéries nocives.
Pour des raisons qui ne sont pas entièrement comprises, de nombreuses souches de bactéries nocives sécrètent une enzyme appelée désoxyribonucléase. C’est une réaction avec cette enzyme que le capteur du nouveau portable convertit finalement en un signal.
Pour Dan Luo, professeur d’ingénierie biologique et environnementale à l’Université Cornell, non impliqué dans la recherche, les résultats sont une première démonstration prometteuse qu’il a qualifiés de « cool ».
Néanmoins, il a déclaré que l’équipe devait collecter une quantité importante de données avant d’essayer de faire approuver l’appareil, en commençant par montrer sa sensibilité et sa spécificité.

« L’ADN est vraiment dur, mais il y a beaucoup de choses qui peuvent le dégrader - par exemple, le sang contient souvent [deoxyribonuclease] », a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu’une future itération de l’appareil pourrait même intégrer le diagnostic au traitement en créant un hydrogel d’ADN qui libère des antibiotiques en cas de dégradation de l’ADN.

en avoir plus
https://www.statnews.com/2021/11/19…

Claude Rambaud

Galerie d'images

Tous les articles