Passage au site spécifique : Les États Généraux du Lien

32bis, rue E.-Landrin, 92100 Boulogne Billancourt
01 40 91 78 04

Vous êtes ici : Accueil > Articles > Cytotec, hygiène, antibiotiques … des transgressions payées trop cher par les (...)

Article

Cytotec, hygiène, antibiotiques … des transgressions payées trop cher par les patients

19 octobre

Quand l’autorité est prise en défaut, tel était le thème de la journée du 19 octobre organisée par le LIEN.
Le LIEN remercie bien vivement les participants, témoins, orateurs, patients et professionnels qui ont débattu et assuré le succès de la journée à la cité universitaire internationale de Paris.
Tout particulièrement, ces remerciements s’adressent aux mamans qui sont venues témoigner du drame que l’administration de CYTOTEC en gynéco-obstétrique a provoqué dans leur vie et parfois celle de leurs enfants.
Le CYTOTEC, normalement réservé aux patients atteints de troubles gastriques et duodénaux, mais utilisé sans autorisation en gynéco obstétrique, ; son retrait du marché par le fabricant a été annoncé hier par l’Agence nationale de sécurité du médicament.
Les témoignages émouvants et courageux de ces mamans nous ont tous interpellé sur les enjeux de la transgression des règles quand il s’agit de santé ou de vie humaine.
Nous avons ainsi abordé au cours de cette journée la question de l’autorité ou de l’absence d’autorité quant à la transgression des règles fondamentales d’hygiène, transgression fatale à des milliers de personnes chaque année en France ; ou encore l’impossibilité de faire respecter les règles du bon usage des antibiotiques par certains prescripteurs, alors que l’on sait depuis longtemps que cette transgression participe largement au développement de la résistance bactérienne.
Nous avons appris une bonne nouvelle, un nouvel antibiotique à spectre élargi arrive sur le marché et nous espérons que prescripteurs et patients en feront le meilleur usage possible afin que la résistance ne l’affecte pas trop vite.
Les tests de diagnostics rapides des infections bactériennes sont de plus en plus performants. Un jour, très certainement, le patient pourra faire lui même ce test que trop souvent les prescripteurs négligent, prenant alors le risque de prescrire inutilement des antibiotiques donc sans bénéfice mais pas sans risque, ce qui participe à cette terrible résistante bactérienne.
La question du coût de l’innovation et de l’accès aux traitements innovants par tous ceux qui en ont besoin, était aussi mise en débat, ainsi que la googlisation de nos données de santé.
Nous avons bien pensé à nos aînés institutionnalisés dans des maisons d’accueil pour personnes dépendantes et débattu de ce qui peut contribuer à leur bien être ou mieux être, sans oublier de mettre à l’index la surmédicalisation médicamenteuse, souvent fatale aux plus âgés. OUI, des pistes d’amélioration sont possibles, de la réconciliation médicamenteuse, à la dé-prescription, sans oublier des pistes thérapeutiques non médicamenteuses liées au mieux être des personnes prises en soins.

La journée s’est terminée par la remise de deux prix « Espoir patients » attribués par le jury du LIEN à deux établissements qui ont mis en place des actions pédagogiques remarquables à reproduire largement.

La clinique Notre-Dame de Thionville a reçu un prix « prévention » dans le thème formation pour un jeu de société conçu par des soignants pour des soignants au bénéfice de la sécurité des patients et de l’amélioration de l’hygiène ; il peut être utilisé dans tous les établissements de santé et médico-sociaux pour améliorer la formation de tous ; on peut se le procurer auprès de l’établissement. Nous le conseillons vivement aux Instituts et écoles de Formation des professions de soins.

La clinique Arago de Paris a reçu un prix « prévention » dans le thème communication et information des patients pour la mise en place de vidéo à destination des patients les préparant à leur parcours, de leur entrée jusqu’au bloc opératoire, de leur séjour et leur sortie avec des conseils pour éviter des complications et infections post opératoires. Ces films sont diffusés sur les écrans de l’établissement notamment en salle d’attente.
Félicitations à ces deux établissements

Claude Rambaud

Tous les articles

Mots-clés