Passage au site spécifique : Les États Généraux du Lien

32bis, rue E.-Landrin, 92100 Boulogne Billancourt
01 40 91 78 04

Vous êtes ici : Accueil > Articles > Restes à charge, les associations analysent les réponses des candidats

Article

Restes à charge, les associations analysent les réponses des candidats

9 mars

http://www.leciss.org/espace-presse…

extrait L’annonce de « restes-à-charge zéro » : comment y croire sans encadrement des prix ?
Les candidats sont nombreux à faire la promesse d’un remboursement intégral sur les dépenses de santé en optique, dentaire et audioprothèses avant la fin de leur mandat s’ils sont élus. Un engagement ambitieux pour les nombreux patients confrontés à de gros restes-à-charge sur ces postes de dépenses, les contraignant trop souvent à renoncer aux soins.

Mais selon quelles modalités ?

  • De quels soins parle-t-on ? Ni l’optique, ni le dentaire, ni le champ de l‘audioprothèse n’est un bloc homogène. Ce sont des milliers de références…
  • Une prise en charge à 100% des prix réels facturés aux patients, avec une hausse prévisible des dépenses d’assurance maladie et donc des cotisations, ou d’une base de remboursement déconnectée des prix librement fixés par les professionnels ?
  • Une prise en charge à 100% de prix plafonnés voire encadrés ? Si oui, qui régule : les pouvoirs publics ou les complémentaires santé avec le développement de leurs réseaux de soins ?
  • De quel reste-à-charge s’agit-il ? Après remboursement de l’assurance maladie obligatoire ou après remboursement des complémentaires santé pour celles et ceux qui en disposent ? Philippe Poutou et Jean-Luc Mélenchon envisagent une prise en charge intégrale par la Sécurité sociale. Les propositions des autres restent hélas très évasives quant à la distribution des remboursements entre l’assurance maladie obligatoire d’une part et les complémentaires santé d’autre part.
Claude Rambaud

Tous les articles

Mots-clés