Adhérez au Lien

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12

Éditorial

Patients, veillez à votre sécurité

Un masque oui, mais sur le nez aussi.
https://www.youtube.com/watch?v=RxY…

Et toujours, après le dé-confinement, protégeons nous et protégeons les autres

Avec COVID-19 - Sortez masqués !

quelques tutos
Le champion, élu par le LIEN, ce remarquable tuto à faire soi - même , économique, main ou machine et sans élastique selon modèle AFNOR,
https://www.youtube.com/watch?v=8Zw…

http://stop-postillons.fr/#comment-…
ou
https://www.afnor.org/
ou
https://medium.com/@thejanellemj/pl…
La City University de Hong Kong publie l’efficacité d’un masque fabriqué à la maison à partir de deux morceaux de serviette en papier + un mouchoir « … s’est avérée avoir atteint 80 à 90% de la fonction des masques chirurgicaux ordinaires en termes de leur filtration des aérosols et des gouttelettes. "
et
Daniel Garin, professeur de biologie dans les hôpitaux militaires nous offre une leçon de masques
https://www.youtube.com/watch?v=7Lg…

Tuer le messager n’efface toujours pas la mauvaise nouvelle, en hommage au médecin chinois Li Wenliang qui a tenté de prévenir le monde , écoutez
https://www.youtube.com/watch?v=bda…

Nos activités d’aide aux victimes d’accident médical continuent :

Si vous souhaitez signaler un accident médical, faites le sur
https://signalement.social-sante.go…

Le LIEN est une association agréée de défense des intérêts des patients.
Notre cœur d’activité est de lutter contre les accidents médicaux et les infections associées aux soins, et vous aider à faire respecter vos droits dans les établissements de santé publics et privés, en établissement pour personnes âgées ou en soins de ville ( cabinets médicaux, infirmiers, dentaires, centres de radiologie, de biologie …) . Nous pouvons vous aider dans vos démarches amiables pour vous faire entendre, adresser une réclamation, déclarer un accident médical ou accéder à votre dossier.
Quelques recommandations pour réduire les risques de complications médicales évitables :

D’abord, ouvrez l’œil et si vous remarquez une anomalie qui vous concerne, soit un acte soit une information inadaptée inscrite dans votre dossier, soit un défaut de surveillance, dites le sans hésiter.
Insistez pour demander la correction d’une fausse information, faire inscrire dans votre dossier une information que vous estimez capitale ( allergies, traitements antérieurs, antécédents, risques connus) toujours avec politesse mais fermeté et ne lâchez pas avant d’avoir obtenu une réponse qui vous parait cohérente. Cela peut vous sauver la vie.
Photographiez vos résultats d’analyses biologiques, comptes rendus de radiologie, interventions et traitements avec votre téléphone portable pour les avoir toujours sur vous en cs de besoin ou d’urgence.
Osez parler avec votre médecin et osez dialoguer pour être sûr(e) que le traitement, l’examen ou l’intervention sont bien nécessaires.
Exigez toujours une information sur les effets indésirables de tel ou tel examen ou traitement. Pesez le pour et le contre, et exprimez votre préférence.

Et surtout n’hésitez pas en cas de doute, à demander un deuxième avis médical, surtout s’il s’agit d’un diagnostic grave ou d’un traitement lourd.
Si vous souhaitez déclarer au ministère de la santé, une situation d’accident médical vécue par vous même ou une personne proche, vous pouvez déclarer sur :
https://signalement.social-sante.go…

Plusieurs milliers de personnes décèdent chaque année en France d’erreurs médicales, d’effets indésirables de traitements médicaux ou d’infection nosocomiale . Ce fléau pourrait être la 3e cause de décès dans les pays dits développés.
Vous pouvez demander une indemnisation des préjudices de soin selon une procédure amiable et gratuit devant la commission régionale d’indemnisation des accidents médicaux, la CCI, ou devant un tribunal.
Attention, pour faire une demande d’indemnisation en CCI, même si vous pouvez le faire seul, de nombreuses victimes ont la déception de voir leur dossier non recevable. Nous ne pouvons que vous recommander de vous faire aider car si votre dossier est estimé non recevable par la CCI, la procédure étant amiable, les appels pour rejet du dossier par la commission ne sont pas possibles ; il ne vous restera plus que la voie contentieuse devant un tribunal. Vous pouvez vous adresser à un avocat quelle que soit la voie choisie.
L’association Le LIEN ne fait pas de conseil juridique mais peut vous aider à optimiser la préparation et présentation du dossier devant une commission régionale amiable d’indemnisation, son soutien est gratuit pour tout adhérent. En cas de besoin une étude de dossier peut - être réalisée par un médecin conseil de victimes à votre demande.
Notre messagerie pour vos demandes d’aide : reseausante @ hotmail.fr

S’il s’agit d’aller devant un tribunal, l’association peut vous aider à choisir un avocat spécialisé dans l’indemnisation des accidents médicaux.

et n’oubliez pas que si vous avez souscrit un contrat de protection juridique, ce contrat peut couvrir tout ou partie de vos frais d’accompagnement à l’expertise, devant la CCI ou devant un tribunal, par un avocat ou un médecin conseil de victime, spécialiste du dommage corporel.
Votre assureur doit toujours être prévenu de votre intention d’engager une demande d’indemnisation avant d’engager vos démarches devant une CCI ou un tribunal.

COVID-19 : la télésanté en renfort

Message Ministère de la Santé

Vous le savez, le virus covid-19 connaît une forte circulation sur le territoire. Dans ce contexte, le recours à la télésanté est fortement recommandé afin de limiter les risques de propagation du virus et de maintenir le suivi médical et soignant, particulièrement pour les patients atteints de pathologies chroniques.
Dès lors, nous tenons à vous informer que les mesures dérogatoires qui concernent le champ de la télésanté sont prolongées dans le cadre de l’Etat d’Urgence Sanitaire. Celui-ci a été voté jusqu’au 16 février 2021.

En raison de la réactivation de l’Etat d’Urgence , le gouvernement autorise à nouveau la prise en charge financière des téléconsultations par téléphone c’est-à-dire sans vidéotransmission.
Pour rappel, cette dérogation s’applique uniquement aux patients n’ayant pas accès à une connexion internet à haut débit ou très haut débit.
Elle s’applique également aux patients disposant d’un tel accès mais ne disposant pas d’un terminal permettant une vidéotransmission dans l’une des situations suivantes :

- patient présentant les symptômes de l’infection ou étant reconnu atteint du covid-19 ;

- patient âgé de plus de 70 ans ;

- patient reconnu atteint d’une affection grave mentionnée au 3° de l’article L. 160-14 du code de la sécurité sociale ;

- patiente enceinte

Par ailleurs, ces éléments d’information sont toujours actualisés sur notre site : https://solidarites-sante.gouv.fr/s…

Bien à vous

« Tous anticovid », ou tous citoyens français responsables et solidaires

https://www.gouvernement.fr/info-co…

Tous les français savent aujourd’hui que la crise sanitaire connait une nouvelle poussée très grave. Les lits de réanimation arrivent à saturation et les lits d’hospitalisation vont manquer. Il est de notre responsabilité à tous d’adopter des comportements à moindre risque pour se protéger et protéger les autres, protéger notre avenir.

Il y a les gestes barrières et, en tête de ce combat, il y a l’isolement des cas avérés mais aussi l’isolement des cas contacts pendant la durée d’une possible incubation.
Si nous savons être cas contact connu, cet isolement est immédiat et de 8 jours en attendant le résultat des tests. Plus clairement n’attendons pas d’attendre le résultat d’un test , ou les premiers symptômes, pour s’auto isoler lorsque l’on sait avoir été en contact avec une personne malade de la COVID, ou pendant sa durée d’incubation, ou confirmée positive au coronavirus SARS COV 2.
Savoir que l’on peut être un cas contact de personne infectée est une priorité pour s’isoler et ne pas contribuer à la propagation de cette épidémie qui met à genoux les malades, le système de santé et l’économie du pays.
C’est pourquoi le LIEN vous invite à télécharger le plus vite possible la nouvelle application nous permettant de mieux savoir si nous avons été cas contact, elle s’appelle « Tous AntiCovid » ( et succède à stopcovid)

Télécharger Tous Anti-Covid permettra de vous prévenir de votre rencontre avec un cas contact.

Noter que Tous AntiCovid ne stocke que l’historique de proximité d’un téléphone mobile et aucune autre donnée. Il n’est pas possible de connaitre l’identité d’un utilisateur de l’application, ni qui il a croisé, ni où, ni quand. L’utilisateur peut également faire le choix d’effacer son historique ponctuellement s’il le désire.

Comment faire ?
Le téléchargement est très facile.

Si vous n’avez jamais téléchargé la précédente appli StopCovid, cliquez sur la barre « tous anti covid » sur votre barre de recherche Internet sur votre téléphone, puis sur “télécharger” et non sur “mettre à jour”.

L’application, une fois installée, vous demandera l’accès à votre connexion Bluetooth et à votre positionnement si vous possédez un téléphone Android. Suivez les indications, cela prend moins d’une minute. L’icone sera installée parmi vos icones déjà sur votre écran de téléphone.

Si vous avez déjà téléchargé StopCovid auparavant, il vous suffit de taper “TousAntiCovid” dans la barre de recherche du Google Play Store sur Android ou l’App Store sur iOS. Cliquez ensuite sur “mettre à jour”. puis Et l’icone va apparaitre à la place de stop covid.

Tous Anti-Covid est donc doté de nouveaux outils enrichissant l’ancienne formule stopcovid qui n’avait pas très bien fonctionné.

Parmi ces outils, il y a , DepistageCovid, qui est une carte des laboratoires à proximité indiquant le temps d’attente estimé pour réaliser un test.

Vous aurez aussi accès à MesConseilsCovid, un support de conseils personnalisés pour mieux connaître le mode de propagation du coronavirus.

Tous Anti-Covid permettra aussi de générer une attestation dérogatoire de déplacement, si vous en avez besoin dans les départements concernés par le couvre-feu de 21h à 6h du matin.

Enfin, il devrait aussi être possible prochainement de lire des QR codes via cette application. Ils permettraient de numériser les coordonnées des clients de restaurants, au lieu de s’inscrire sur un carnet de rappel papier comme actuellement.

Le LIEN vous souhaite un bon téléchargement.
Ainsi vous prendrez soin de vous, de vos proches, de notre système de santé et de tous ; nous sommes contraints d’être tous solidaires.

https://www.gouvernement.fr/info-co…

COVID-19, atteinte respiratoire et oxygène

Une nouvelle flambée épidémique arrive comme une tempête sur une vague pourtant déjà bien haute. Le pic serait atteint d’ici 15 jours.
Que faire si nous présentons des symptômes tels que toux, fièvre, troubles digestifs, perte du goût ou de l’odorat ?
En d’impossibilité de joindre un médecin traitant ou généraliste, un appel au centre 15 s’impose. Selon votre état clinique qui sera apprécié par un rapide interrogatoire, le médecin du centre 15 vous orientera ; il pourra faire appel au SAMU et vous faire transporter en établissement de santé, ou avec une ambulance privée ou vous proposer une téléconsultation. Un médecin vous contactera alors.

Si vous devez resté soigné à votre domicile, en cas de COVID suspecté ou confirmé , pensez à acheter chez votre pharmacien un oxymètre , ou saturomètre ( environ 20 à 30 euros) ; il se pose très facilement par une pince au bout du doigt et permet de mesurer de façon continue la quantité d’oxygène qui circule dans vos artères. C’est un élément clinique très importante en cas de contamination COVID-19.

Cet examen non invasif ne fait appel à aucune injection ni aucun prélèvement sanguin, il vous permet de mesurer vous-même la saturation artérielle en hémoglobine transportant l’oxygène vers les tissus.
Les valeurs normales se situent entre 100 % et 95 % selon l’âge ou la situation clinique. Si votre saturation indique 94 % il faut soit appeler le 15 soit se faire accompagner aux urgences d’un établissement de santé ; il est aussi possible d’être traité à domicile ou en EHPAD ; en cas de COVID-19 avec une atteinte respiratoire, et une saturation basse en oxygène, une mise sous oxygène à haut débit prescrite médicalement et sous surveillance infirmière est indispensable. Elle peyt vous sauver la vie.
Entre 90 et 93 %, la saturation est considérée comme « médiocre » ; c’est une alerte sérieuse.
En dessous de 90 %, on parle de désaturation. C’est très grave.

https://www.smsp.fr/blog/tout-savoi…

https://drive.google.com/file/d/1Fk…

Articles précédents

Mots-clés