Adhérez au Lien

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12

Éditorial

Patients, veillez à votre sécurité

INVITATION Jeudi 28 mai 2020 à 15 heures
LES JEUDIS DE FRANCE ASSOS SANTE
WEBINAIRE 8e édition
Jeudi 28 mai à 15 heures
Inscriptions , cliquez sur

https://www.france-assos-sante.org/…

Ce webinaire nous propose de mieux connaitre les facteurs de risques pour mieux prévenir ses formes sévères à l’avenir.

Après 3 mois de confrontation à la maladie, les premières études nous renseignent sur les formes les plus graves de la maladie.
Aujourd’hui, que sait-on des profils de patients victimes de formes les plus sévères de COVID-19 ? Et s’il faut apprendre à vivre avec COVID-19, que faut-il repenser ? Peut-on agir sur les risques de complications sévères ? Faudrait-il changer nos comportements ? Peut-on et faut-il booster nos défenses ?

Pour y participer gratuitement, il vous suffit de cliquer sur le bouton orange “Inscription” et compléter le formulaire d’inscription.
https://www.france-assos-sante.org/…

Et toujours, pendant le confinement, protégeons nous et protégeons les autres

Avec COVID-19 - Sortez masqués !

quelques tutos
Le champion, élu par le LIEN, ce remarquable tuto à faire soi - même , économique, main ou machine et sans élastique selon modèle AFNOR,
https://www.youtube.com/watch?v=8Zw…

http://stop-postillons.fr/#comment-…
ou
https://www.afnor.org/
ou
https://medium.com/@thejanellemj/pl…
La City University de Hong Kong publie l’efficacité d’un masque fabriqué à la maison à partir de deux morceaux de serviette en papier + un mouchoir « … s’est avérée avoir atteint 80 à 90% de la fonction des masques chirurgicaux ordinaires en termes de leur filtration des aérosols et des gouttelettes. "
et
Daniel Garin, professeur de biologie dans les hôpitaux militaires nous offre une leçon de masques
https://www.youtube.com/watch?v=7Lg…

Tuer le messager n’efface toujours pas la mauvaise nouvelle, en hommage au médecin chinois Li Wenliang qui a tenté de prévenir le monde , écoutez
https://www.youtube.com/watch?v=bda…

Nos activités d’aide aux victimes d’accident médical continuent :

Si vous souhaitez signaler un accident médical, faites le sur
https://signalement.social-sante.go…

Le LIEN est une association agréée de défense des intérêts des patients.
Notre cœur d’activité est de lutter contre les accidents médicaux et les infections associées aux soins, et vous aider à faire respecter vos droits dans les établissements de santé publics et privés, en établissement pour personnes âgées ou en soins de ville ( cabinets médicaux, infirmiers, dentaires, centres de radiologie, de biologie …) . Nous pouvons vous aider dans vos démarches amiables pour vous faire entendre, adresser une réclamation, déclarer un accident médical ou accéder à votre dossier.
Quelques recommandations pour réduire les risques de complications médicales évitables :

D’abord, ouvrez l’œil et si vous remarquez une anomalie qui vous concerne, soit un acte soit une information inadaptée inscrite dans votre dossier, soit un défaut de surveillance, dites le sans hésiter.
Insistez pour demander la correction d’une fausse information, faire inscrire dans votre dossier une information que vous estimez capitale ( allergies, traitements antérieurs, antécédents, risques connus) toujours avec politesse mais fermeté et ne lâchez pas avant d’avoir obtenu une réponse qui vous parait cohérente. Cela peut vous sauver la vie.
Photographiez vos résultats d’analyses biologiques, comptes rendus de radiologie, interventions et traitements avec votre téléphone portable pour les avoir toujours sur vous en cs de besoin ou d’urgence.
Osez parler avec votre médecin et osez dialoguer pour être sûr(e) que le traitement, l’examen ou l’intervention sont bien nécessaires.
Exigez toujours une information sur les effets indésirables de tel ou tel examen ou traitement. Pesez le pour et le contre, et exprimez votre préférence.

Et surtout n’hésitez pas en cas de doute, à demander un deuxième avis médical, surtout s’il s’agit d’un diagnostic grave ou d’un traitement lourd.
Si vous souhaitez déclarer au ministère de la santé, une situation d’accident médical vécue par vous même ou une personne proche, vous pouvez déclarer sur :
https://signalement.social-sante.go…

Plusieurs milliers de personnes décèdent chaque année en France d’erreurs médicales, d’effets indésirables de traitements médicaux ou d’infection nosocomiale . Ce fléau pourrait être la 3e cause de décès dans les pays dits développés.
Vous pouvez demander une indemnisation des préjudices de soin selon une procédure amiable et gratuit devant la commission régionale d’indemnisation des accidents médicaux, la CCI, ou devant un tribunal.
Attention, pour faire une demande d’indemnisation en CCI, même si vous pouvez le faire seul, de nombreuses victimes ont la déception de voir leur dossier non recevable. Nous ne pouvons que vous recommander de vous faire aider car si votre dossier est estimé non recevable par la CCI, la procédure étant amiable, les appels pour rejet du dossier par la commission ne sont pas possibles ; il ne vous restera plus que la voie contentieuse devant un tribunal. Vous pouvez vous adresser à un avocat quelle que soit la voie choisie.
L’association Le LIEN ne fait pas de conseil juridique mais peut vous aider à optimiser la préparation et présentation du dossier devant une commission régionale amiable d’indemnisation, son soutien est gratuit pour tout adhérent. En cas de besoin une étude de dossier peut - être réalisée par un médecin conseil de victimes à votre demande.
Notre messagerie pour vos demandes d’aide : reseausante @ hotmail.fr

S’il s’agit d’aller devant un tribunal, l’association peut vous aider à choisir un avocat spécialisé dans l’indemnisation des accidents médicaux.

et n’oubliez pas que si vous avez souscrit un contrat de protection juridique, ce contrat peut couvrir tout ou partie de vos frais d’accompagnement à l’expertise, devant la CCI ou devant un tribunal, par un avocat ou un médecin conseil de victime, spécialiste du dommage corporel.
Votre assureur doit toujours être prévenu de votre intention d’engager une demande d’indemnisation avant d’engager vos démarches devant une CCI ou un tribunal.

France Assos Santé vous invite jeudi 28 mai à 15 heures Mieux connaitre les facteurs de risques d’aggravation de COVID-19 pour mieux les prévenir

Ce webinaire nous propose de mieux connaitre les facteurs de risques pour mieux prévenir ses formes sévères à l’avenir.

Après 3 mois de confrontation à la maladie, les premières études nous renseignent sur les formes les plus graves de la maladie. Aujourd’hui, que sait-on des profils de patients victimes de formes les plus sévères de COVID-19 ? Et s’il faut apprendre à vivre avec COVID-19, que faut-il repenser ? Peut-on agir sur les risques de complications sévères ? Faudrait-il changer nos comportements ? Peut-on et faut-il booster nos défenses ?

Pour y participer gratuitement, il vous suffit de cliquer sur le bouton orange “Inscription” ci-dessous et compléter le formulaire d’inscription.

https://www.france-assos-sante.org/…

COVID-19 : les règles de prescription de l’hydroxychloroquine (Plaquenil*, Sanofi), dans le traitement du Covid-19 revues en urgence

Selon une récente étude publiée vendredi , la chloroquine et l’hydroxychloroquine ne sont pas efficaces pour combattre le Covid-19.

Bien que des recherches in vitro sur l’action de la chloroquine (CQ) et de l’hydroxychloroquine (HCQ) contre le SARS-CoV-2, plaideraient pour une efficacité antivirale, l’efficacité clinique n’est toujours pas démontrée pour les patients atteints de la COVID-19.
Les plus récentes publications dans des revues scientifiques renomées, n’ont pas encore mis en évidence leur efficacité sur la mortalité hospitalière ou sur l’aggravation jusqu’à l’intubation ou les transferts en réanimation et décès. Au contraire des signaux de toxicité cardiaque ont été rapportés aux centres français et québécois de pharmacovigilance et la Suède a dû en suspendre la prescription.

L’étude publiée le 22 mai dans le journal américain The Lancet, démontre que non seulement chloroquine et hydroxychloroquine ne sont pas efficaces pour combattre le Covid-19, mais entraîneraient un risque accru de décès et de troubles cardiaques.

Basée sur l’analyse de 96.000 dossiers de patients hospitalisés, des preuves statistiquement solides démontrent que le traitement par la chloroquine ou l’hydroxychloroquine, associé ou non à d’autres molécules notamment antibiotiques ( macrolides) ne bénéficie pas aux patients atteints de Covid-19

En savoir plus :
https://www.thelancet.com/action/sh…

Notre ministre Olivier Véran a saisi, ce samedi, le HCSP , Haut conseil de la santé publique, sur les règles dérogatoires de prescription de l’hydroxychloroquine pour demander « sous 48 heures une révision des règles dérogatoires de prescription », en particulier de l’hydroxychloroquine (Plaquenil*, Sanofi), dans le traitement du Covid-19.

Tracer, tester, isoler, quand le numérique vient au secours de la santé publique, entre CONTACT COVID et STOPCOVID

Deux systèmes intégrant des outils numérqiues ,CONTACT COVID et STOPCOVID, vont permettre de tracer les personnes infectées et leurs contacts pour les isoler afin de mieux prévenir le risque de contamination de leur entourage personnel ou professionnel, .

CONTACT COVID » :
UN OUTIL POUR IDENTIFIER LES PERSONNES MALADES ET PRÉVENIR LES PERSONNES CONTACT

Développé par l’Assurance Maladie, Contact Covid est l’outil mis à la disposition des professionnels de santé et structures assurant la prise en charge sanitaire et médico-sociale (médecins, laboratoires de biologie et pharmaciens, établissements de santé, etc.) ainsi que des agents habilités de l’Assurance Maladie et des agences régionales de santé (ARS) pour :

  • identifier les personnes infectées,
  • identifier les personnes avec lesquelles ces personnes infectées ont été en contact et présentant un risque d’infection,
  • réaliser des enquêtes sanitaires, en présence notamment de cas groupés, accompagner et orienter les personnes infectées ou présentant un risque d’infection, notamment pour qu’elles puissent bénéficier de tests et de masques pris en charge,
  • assurer le pilotage et le suivi statistique des actions.

L’Agence nationale de santé publique est destinataire des données sous une forme préalablement pseudonymisée pour assurer ses missions de surveillance épidémiologique et de recherche sur le virus et les moyens de lutter contre sa propagation.

Les données pseudonymisées pourront également être utilisées pour la réalisation d’études et d’évaluations.

QUELLES INFORMATIONS TROUVE-T-ON DANS CONTACT COVID ?

Pour répondre aux finalités de l’outil, un certain nombre de données seront recueillies et traitées pour les personnes infectées et les personnes avec qui elles ont eu un contact :

  • les données d’identification dont le numéro de sécurité sociale et de rattachement,
  • les coordonnées de contact et relatives à l’hébergement,
  • les données concernant la santé strictement limitées au statut virologique ou sérologique des personnes,
  • les données relatives à la situation de la personne au moment de son dépistage (hospitalisée, à domicile ou déjà à l’isolement),
  • les données nécessaires à la réalisation des enquêtes sanitaires pour établir notamment des chaînes de transmission ou « clusters » (la profession, la fréquentation ou non d’une collectivité comme un rassemblement de plus de 10 personnes, une crèche, un établissement scolaire, un Ehpad, un établissement pénitentiaire… ainsi que la réalisation d’un voyage récent hors de sa région et de son Etat de résidence), la déclaration d’un besoin en accompagnement social et d’appui à l’isolement.

STOPCOVID :
Un second outil sera mis en route à partir du 2 juin.
Basé sur le volontariat, STOPCOVID a pour but de de « casser les chaînes de transmission du virus » en alertant les personnes qui ont été à proximité d’une personne testée positive au Covid-19, afin d’être pris en charge le plus tôt possible.

vor détail site cnews

https://www.cnews.fr/vie-numerique/…

Articles précédents