Adhérez au Lien

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12

Newsletter

Éditorial

le LIEN Association de santé agréée et membre de France Assos Santé

21 octobre 2021 de 16 H à 17 H : Le web « jeudis de France Assos Santé » vous propose un numéro spécial pour faire le point sur l’épidémie et notre cohabitation avec ce virus.

encore en ligne quelques jours, le magazine Enquête de santé avec Marina Carrère d’Encausse, notre président Alain-Michel Ceretti et un débat avec la participation du LIEN.
https://www.france.tv/france-5/enqu…

Les données COVID dans votre département
https://interactive.afp.com/graphic…

Nos activités d’aide aux victimes d’accident médical continuent :

Si vous souhaitez signaler un accident médical, faites le sur
https://signalement.social-sante.go…
Le LIEN est une association agréée de défense des intérêts des patients.
Notre cœur d’activité est de lutter contre les accidents médicaux et les infections associées aux soins, et vous aider à faire respecter vos droits dans les établissements de santé publics et privés, en établissement pour personnes âgées ou en soins de ville
( cabinets médicaux, infirmiers, dentaires, centres de radiologie, de biologie …) . Nous pouvons vous aider dans vos démarches amiables pour vous faire entendre, adresser une réclamation, déclarer un accident médical ou accéder à votre dossier.
Quelques recommandations pour réduire les risques de complications médicales évitables :

D’abord, ouvrez l’œil et si vous remarquez une anomalie qui vous concerne, soit un acte soit une information inadaptée inscrite dans votre dossier, soit un défaut de surveillance, dites le sans hésiter.
Insistez pour demander la correction d’une fausse information, faire inscrire dans votre dossier une information que vous estimez capitale ( allergies, traitements antérieurs, antécédents, risques connus) toujours avec politesse mais fermeté et ne lâchez pas avant d’avoir obtenu une réponse qui vous parait cohérente. Cela peut vous sauver la vie.
Photographiez vos résultats d’analyses biologiques, comptes rendus de radiologie, interventions et traitements avec votre téléphone portable pour les avoir toujours sur vous en cs de besoin ou d’urgence.
Osez parler avec votre médecin et osez dialoguer pour être sûr(e) que le traitement, l’examen ou l’intervention sont bien nécessaires.
Exigez toujours une information sur les effets indésirables de tel ou tel examen ou traitement. Pesez le pour et le contre, et exprimez votre préférence.

Et surtout n’hésitez pas en cas de doute, à demander un deuxième avis médical, surtout s’il s’agit d’un diagnostic grave ou d’un traitement lourd.
Si vous souhaitez déclarer au ministère de la santé, une situation d’accident médical vécue par vous même ou une personne proche, vous pouvez déclarer sur :
https://signalement.social-sante.go…

Plusieurs milliers de personnes décèdent chaque année en France d’erreurs médicales, d’effets indésirables de traitements médicaux ou d’infection nosocomiale . Ce fléau pourrait être la 3e cause de décès dans les pays dits développés.
Vous pouvez demander une indemnisation des préjudices de soin selon une procédure amiable et gratuit devant la commission régionale d’indemnisation des accidents médicaux, la CCI, ou devant un tribunal.
Attention, pour faire une demande d’indemnisation en CCI, même si vous pouvez le faire seul, de nombreuses victimes ont la déception de voir leur dossier non recevable. Nous ne pouvons que vous recommander de vous faire aider car si votre dossier est estimé non recevable par la CCI, la procédure étant amiable, les appels pour rejet du dossier par la commission ne sont pas possibles ; il ne vous restera plus que la voie contentieuse devant un tribunal. Vous pouvez vous adresser à un avocat quelle que soit la voie choisie.
L’association Le LIEN ne fait pas de conseil juridique mais peut vous aider à optimiser la préparation et présentation du dossier devant une commission régionale amiable d’indemnisation, son soutien est gratuit pour tout adhérent. En cas de besoin une étude de dossier peut - être réalisée par un médecin conseil de victimes à votre demande.
Notre messagerie pour vos demandes d’aide : reseausante @ hotmail.fr

S’il s’agit d’aller devant un tribunal, l’association peut vous aider à choisir un avocat spécialisé dans l’indemnisation des accidents médicaux.

et n’oubliez pas que si vous avez souscrit un contrat de protection juridique, ce contrat peut couvrir tout ou partie de vos frais d’accompagnement à l’expertise, devant la CCI ou devant un tribunal, par un avocat ou un médecin conseil de victime, spécialiste du dommage corporel.
Votre assureur doit toujours être prévenu de votre intention d’engager une demande d’indemnisation avant d’engager vos démarches devant une CCI ou un tribunal.

Et toujours,
Un masque oui, mais sur le nez aussi. et le respect des gestes barrières, nous ne sommes pas encore sortis de la crise.
https://www.youtube.com/watch?v=RxY…

« Tuer le messager n’efface pas la mauvaise nouvelle  »
hommage au médecin chinois Li Wenliang qui a tenté de prévenir le monde , écoutez
https://www.youtube.com/watch?v=bda…

Nous sommes membre de https://www.france-assos-sante.org/

Le LIEN souhaite la bienvenue à sa nouvelle présidente, Chantal Cateau et la félicite et remercie bien vivement son président sortant, et fondateur, Alain-MIchel Ceretti

Mercredi 20 octobre, lors de son Assemblée Générale, le LIEN a élu son nouveau bureau et souhaite bienvenue à tous ses membres.

Chantal Cateau, a été élue présidente. Nous la remercions bien vivement pour avoir accepté cette mission très prenante.

Chantal Cateau succède ainsi à Alain-Michel Ceretti, fondateur du LIEN que tous les membres et adhérents remercient bien vivement pour avoir fondé cette association en 1997, à l’origine une association de défense des victimes de la clinique du sport, puis plus généralement des infections nosocomiales et de la sécurité des patients.

Alain-MIchel Ceretti a accompli un travail considérable pour faire avancer la lutte contre les infections nosocomiales et associées aux soins. Après avoir contraint les autorités de l’époque à auditer et réviser tous les services de stérilisation des établissements de santé, avec le LIEN, il y a 15 ans il a demandé la création des premiers indicateurs des infections nosocomiales mis en place par l’INVS à la demande du ministre de la santé. Depuis ces indicateurs sont devenus réalité, ont prospéré et sont devenus des outils de suivi de la qualité des soins pilotés par la Haute Autorité de Santé, la HAS.

Il a inventé et organisé 6 éditions des Etats Généraux des infections nosocomiales et de la sécurité des patients ; il a participé à la création de centres de références pour la prise en charge des personnes victimes d’infections ostéo articulaires graves et complexes et a déclenché une alerte sur les carences de désinfections des sondes d’échographies vaginales et rectales entre deux patientes ou patients ; un travail mis en place au ministère de la santé sur ce sujet, a abouti, après 10 ans de lutte, à de nouvelles recommandations officielles en 2019.

Spécialiste des questions de sécurité des patients, et de qualité des soins, Chantal Cateau, membre du LIEN et représentante des patients dans plusieurs établissements de santé, siège aussi dans plusieurs instances sanitaires au titre de notre association, notamment, elle est membre de la commission de certification des établissements de santé à la Haute Autorité de Santé depuis 4 ans.
Nous la félicitons pour avoir accepté la présidence du LIEN et toute l’équipe la remercie bien vivement.
Alain-Michel Ceretti a accepté de devenir président d’honneur du LIEN, nous l’en remercions ainsi que tous nos membres, administrateurs, membres du conseil scientifique, adhérents, partenaires et soutiens.

La douleur dans tous ses états

https://www.france-assos-sante.org/…

Lundi 18 octobre avait lieu la journée mondiale de lutte contre la douleur. A cette occasion, un colloque sur les axes incontournables pour 2022, en vue d’améliorer la prise en charge de la douleur, s’est tenu au Ministère des solidarités et de la santé. Y sont intervenus des experts médicaux, des experts de l’offre de soins, d’autres de la formation des professionnels de santé, des politiques et des associations de patients, dont deux membres de France Assos Santé : l’AFVD (Association francophone des victimes de la douleur) et Fibromyalgie France. Claude Rambaud, vice-présidente de France Assos Santé, était également présente pour suivre les débats.

L’état des lieux n’est malheureusement pas encourageant et il est donc urgent, à quelques mois des présidentielles, que les candidats entendent l’appel lancé par 13 organisations qui ont profité de la soirée pour présenter leurs 22 propositions concrètes autour de la prise en charge de la douleur.

12 millions de Français souffrent de douleurs, ce qui représente 20% de la population. La douleur est le premier motif de consultation aux urgences et chez les médecins généralistes. D’après la SFETD(1), plus de 70% des patients douloureux chroniques ne reçoivent pas de traitement approprié et seuls 3% sont accueillis au sein de structures spécialisées douleur chronique (SDC), après une moyenne de 13 semaines d’attente pour un premier rendez-vous.

Claude Rambaud regrette que ces résultats soient très loin de répondre au principe de droit au traitement de la douleur posée par la loi et qui dit que « Toute personne a le droit de recevoir des soins visant à soulager sa douleur. Celle-ci doit être en toute circonstance prévenue, évaluée, prise en compte et traitée […]. »(2).

Notre réseau de 245 structures spécialisées douleur chronique est pourtant unique en Europe, mais il est à la base nettement insuffisant et faute de plan ou de programme dédiés à la prise en charge de la douleur depuis 2012, sa dynamique s’essouffle sérieusement. Valeria Martinez, présidente de la SFETD rappelle d’ailleurs qu’un quart des « équivalents temps plein » qui travaillent en SDC partiront à la retraite dans les 5 ans.

Malheureusement, l’avenir de leurs remplaçants est loin d’être assuré. D’ailleurs durant le colloque, une annonce d’Anne Vitoux, cheffe de la mission qualité et pertinence à la SDPF(3) a fait bondir l’auditoire. Elle explique en effet que, faute de médecins disponibles, la future labellisation des SDC prévue en 2023, envisagerait un minimum de 0,5 ETP de médecin par structure contre 1 ETP aujourd’hui.
Une décision déroutante, sans laquelle, certaines SDC ne pourraient effectivement probablement pas renouveler leur labellisation !

Afin de faire face au manque de solutions pour prendre en charge les 8,5 millions de Français douloureux qui ne reçoivent pas de traitement adapté, les intervenants présents lors de la soirée n’ont pourtant pas manqué d’idées intéressantes, comme le fait de renforcer la coopération ville-hôpital et de permettre aux médecins généralistes ou aux pharmaciens de prendre une place légitime dans la lutte contre les douleurs. Des vœux pieux, qui ne sont cependant pas viables sans la mise en place d’une formation ambitieuse autour de la douleur.

Françoise Laroche, Présidente du Collège des enseignants de médecine de la douleur, précise que lors de leur formation initiale, les étudiants en médecine ne reçoivent en moyenne qu’une vingtaine d’heures de cours sur la douleur et les soins palliatifs, réparties entre leurs 4e et 6e années. Moins de 20 heures de cours pour traiter ce qui représente le premier motif de consultation en France ! Certains étudiants peuvent ensuite choisir de suivre une formation spécialisée transversale d’un an sur la douleur à partir de la 7e année de médecine mais ce type de cursus, mis en place depuis 3 ans, remplace en réalité un diplôme qui se passait auparavant en 2 ans. Dans ce cas, on déshabille donc Pierre pour habiller Jacques ET son petit frère ! Françoise Laroche ajoute que la formation continue est, quant à elle, assez convoitée, puisque sur l’Ile-de-France par exemple, environ 100 médecins s’inscrivent à chaque session de « Capacité douleur », un diplôme universitaire qui se déroule sur 2 ans.

https://www.france-assos-sante.org/…

Heureusement, les associations de patients présentes lors de l’événement ont une fois de plus montré qu’elles ne resteraient pas à attendre les bras croisés.

Ainsi Carole Robert, présidente de Fibromyalgie France, a pris la parole durant la soirée pour évoquer ses interventions, en tant que patient-experte, dans la formation des professionnels de santé. Si elle ressent une forme de réticence de la part des étudiants de 6e année de médecine, elle attend chaque année avec impatience d’intervenir auprès des professionnels inscrits dans le cadre d’un DU à la faculté de Paris, où, dit-elle : « Je scrute les visages dans la première seconde – Allez, elle va nous parler de fibromyalgie pendant 45 minutes – Je sais qu’il m’appartient alors d’atteindre ma cible, leurs a priori, croyances, doutes, réticences. Je dois faire basculer ces sentiments néfastes vers de la bienveillance envers la patiente que je suis, experte de sa maladie.

En 5 minutes l’écoute est là. Les médecins comprennent très vite qu’écouter le patient expert de sa maladie est un complément indéniable de la formation des professionnels de santé. ».

France Assos Santé a réuni ses recommandations pour une meilleure prise en charge de la douleur dans une note de position en 2019 et dans une note de position en 2020 pour la prise en charge de la douleur au décours de la crise sanitaire.

21 octobre 2021, un spécial web : Covid-19, une épidémie enfin sous contrôle ?

Le web « jeudis de France Assos Santé » vous propose un numéro spécial pour faire le point sur l’épidémie.

Deux ans déjà et tout laisse penser que ce virus est là pour durer. Du moins c’est ce que dit l’OMS. Le retour à une vie « normale » se fera avec lui comme pour la grippe ou la dengue etc…

Peut-on penser ce retour proche, quels signes et quelle adaptation ? Evitera-t-on une 5è vague ?

Des spécialistes feront le point avec vous et répondront à vos questions jeudi 21 octobre de 16 H à 17 H.

Venez poser vos questions et inscrivez vous en deux clics ; un clic dans le lien ci dessous et sous l’affiche que vous allez trouver , un clic dans le bouton rouge :

https://www.france-assos-sante.org/…

Articles précédents