Adhérez au Lien

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12

Newsletter

Éditorial

Accidents médicaux - Infections Nosocomiales

Le LIEN est une association agréée d’aide aux personnes victimes d’accidents médicaux, spécialiste des procédures amiables devant les commissions régionales d’indemnisation.

Le LIEN lutte contre les accidents médicaux et contre les infections nosocomiales.
Pour soutenir nos actions adhérez ou faites un don. Merci.
http://lelien-association.fr/asso/?…

Le LIEN est membre de https://www.france-assos-sante.org/

Actualités
http://www.medicilline.com/accueil/…

Ensemble, luttons contre l’abus d"antibiotiques avec Antibio’Malin, un espace en ligne thématique contenant des informations pratiques à destination de tous sur sante.fr.
ckic sur https://www.sante.fr/antibiomalin

Nos activités d’aide aux victimes d’accidents de soins continuent pendant l’épidémie :

Notre messagerie pour recevoir vos demandes d’aide : reseausante @ hotmail.fr
tél. 06 75 86 10
12
Plusieurs milliers de personnes décèdent chaque année en France d’erreurs médicales, d’effets indésirables de traitements médicaux ou d’infections nosocomiales.

Vous pouvez demander une indemnisation des préjudices de soin selon une procédure amiable et gratuite devant la commission régionale d’indemnisation des accidents médicaux, la CCI, ou devant un tribunal.
Nous aidons gratuitement nos adhérents pour conduire la procédure, les aider à demander leur dossier médical et le présenter au mieux pour obtenir une indemnisation des préjudices.
Attention, pour faire une demande d’indemnisation en CCI, même si vous pouvez le faire seul, de nombreuses victimes ont la déception de voir leur dossier non recevable. Nous ne pouvons que vous recommander de vous faire aider car si votre dossier est estimé non recevable par la CCI, la procédure étant amiable, les appels pour rejet du dossier par la commission ne sont pas possibles ; il ne vous restera plus que la voie contentieuse devant un tribunal. Vous pouvez vous adresser à un avocat quelle que soit la voie choisie.
L’association Le LIEN ne fait pas de conseil juridique mais peut vous aider à optimiser la préparation et présentation du dossier devant une commission régionale amiable d’indemnisation, son soutien est gratuit pour tout adhérent. En cas de besoin une étude de dossier peut - être réalisée par un médecin conseil de victimes à votre demande.
Notre messagerie pour vos demandes d’aide : reseausante @ hotmail.fr

Si vous souhaitez signaler un accident médical, faites le sur
https://signalement.social-sante.go…

Le LIEN est une association agréée de défense des intérêts des patients.
Notre cœur d’activité est de lutter contre les accidents médicaux et les infections associées aux soins, et vous aider à faire respecter vos droits dans les établissements de santé publics et privés, en établissement pour personnes âgées ou en soins de ville
( cabinets médicaux, infirmiers, dentaires, centres de radiologie, de biologie …) . Nous pouvons vous aider dans vos démarches amiables pour vous faire entendre, adresser une réclamation, déclarer un accident médical ou accéder à votre dossier.

Quelques recommandations pour réduire les risques de complications médicales évitables :

D’abord, ouvrez l’œil et si vous remarquez une anomalie qui vous concerne, soit un acte soit une information inadaptée inscrite dans votre dossier, soit un défaut de surveillance, dites le sans hésiter.
Insistez pour demander la correction d’une fausse information, faire inscrire dans votre dossier une information que vous estimez capitale ( allergies, traitements antérieurs, antécédents, risques connus) toujours avec politesse mais fermeté et ne lâchez pas avant d’avoir obtenu une réponse qui vous parait cohérente. Cela peut vous sauver la vie.
Photographiez vos résultats d’analyses biologiques, comptes rendus de radiologie, interventions et traitements avec votre téléphone portable pour les avoir toujours sur vous en cs de besoin ou d’urgence.
Osez parler avec votre médecin et osez dialoguer pour être sûr(e) que le traitement, l’examen ou l’intervention sont bien nécessaires.*

N’hésitez pas à demander un 2e avis quand vous avez besoin d’une confirmation de traitement ou diagnostic notamment en cas de traitement lourd.

Exigez toujours une information sur les effets indésirables de tel ou tel examen ou traitement. Pesez le pour et le contre, et exprimez votre préférence.

Et surtout n’hésitez pas en cas de doute, à demander un deuxième avis médical, surtout s’il s’agit d’un diagnostic grave ou d’un traitement lourd.
Si vous souhaitez déclarer au ministère de la santé, une situation d’accident médical vécue par vous même ou une personne proche, vous pouvez déclarer sur :
https://signalement.social-sante.go…

S’il s’agit d’aller devant un tribunal, l’association peut vous aider à choisir un avocat spécialisé dans l’indemnisation des accidents médicaux.

et n’oubliez pas que si vous avez souscrit un contrat de protection juridique, ce contrat peut couvrir tout ou partie de vos frais d’accompagnement à l’expertise, devant la CCI ou devant un tribunal, par un avocat ou un médecin conseil de victime, spécialiste du dommage corporel.
Votre assureur doit toujours être prévenu de votre intention d’engager une demande d’indemnisation avant d’engager vos démarches devant une CCI ou un tribunal.

Et toujours,
Un masque oui, mais sur le nez aussi. et le respect des gestes barrières, nous ne sommes pas encore sortis de la crise.
https://www.youtube.com/watch?v=RxY…

« Tuer le messager n’efface pas la mauvaise nouvelle  »
hommage au médecin chinois Li Wenliang qui a tenté de prévenir le monde , écoutez
https://www.youtube.com/watch?v=bda…

Nous sommes membre de https://www.france-assos-sante.org/

Deux nouveaux variants, BA 4 et BA 5, sous surveillance

Faut -il se préparer à une nouvelle vague de contaminations au Covid-19 ?
L’ECDC, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies appelle à surveiller les risques d’émergence de deux sous-variants d’Omicron BA.4 et BA.5.

Bien que la proportion dans l’Union européenne soit actuellement faible « ils deviendront dominants dans les mois à venir » annonce l’ECDC.
Il n’existe encore aucun éléments sur une éventuelle gravité des cas de Covid-19 induits par ces sous-variants.

Ce que l’on en sait ? ces deux nouveaux sous-variants d’Omicron découverts en Afrique du Sud seraient de « variants préoccupants ».
BA.4 et BA.5 semblent plus transmissibles que les précédents sous-variants d’Omicron. Désormais majoritaires en Afrique du Sud, ils pourraient s’imposer en Europe.

En France, le sous-variant BA.2 d’Omicron est toujours largement dominant, selon Santé publique France (SPF).
Déjà détectés dans l’Hexagone, BA 4 et BA 5 font l’objet d’« une surveillance renforcée », selon Santé Publique France. Le « 2 mai 2022, deux cas de BA.4 et six cas de BA.5 (avaient) été confirmés en France et (étaient) en cours d’investigation ».

en savoir plus :

https://www.ecdc.europa.eu/en/news-…

Peut on déjà vraiment faire tomber les masques ?

Transports en commun, trains, bus, cars, métro ou avions… le ministre de la Santé annonce la levée de l’obligation du port du masque dans les jours prochains.

Le LIEN a été l’association de santé qui n’a pas hésité dès le mois de février 2020 à soutenir en pleine pénurie de masques , et ceci contre l’avis de quelques « experts » qui nous disaient le contraire, à engager chacun à se fabriquer un masque, car comme le recommandaient certains infectiologues aux USA, mieux valait un bandana que rien du tout !

Il a toujours été faux de dire qu’un masque porté par une personne non contaminée était plus dangereux que ne pas en porter !
C’est pourquoi nous avons mis rapidement en ligne des tutos pour vous en confectionner dès le début de l’épidémie.

Aujourd’hui, nous conseillons à tous ceux qui nous suivent de continuer à porter un masque dans les lieux publics fermés où l’on peut stationner les uns à côté des autres plusieurs minutes, tout comme dans les transports en commun.

Car personne ne peut déjà dire que d’une part la vague actuelle est terminée et que d’autre part un nouveau variant ne pourrait se développer sans crier gare.
Enfin, on parle d’un léger rebond épidémique observé actuellement.

Le port du masque, tout comme la présentation du pass sanitaire, sera encore obligatoire dans les hôpitaux, Ehpad et établissements de santé , même après le 16 mai 2022.

La situation épidémique s’améliore, la pandémie n’est pas terminée mais le nombre de nouveaux diagnostics au quotidien diminue et nous considérons qu’ils n’est plus adapté de maintenir cette obligation du port du masque dans les transports en commun, à partir de lundi 16 mai a déclaré le ministre de la Santé ce mercredi 11 mai.

Si le port du masque n’est plus obligatoire dans les transports en commun, il reste « recommandé » pour les personnes positives, les cas contacts à risque, les personnes symptomatiques et les professionnels de santé.

Par ailleurs même si les cas graves sont devenus rares, il existe de plus en plus de formes de covid long même après une forme peu sévère.
Essoufflement, grande fatigue, troubles divers handicapants notamment cardiovasculaires, fibroses pulmonaires invalidantes, c’est une nouvelle maladie qui peut se développer.

Dans quels lieux le masque n’est-il plus obligatoire ?
Ecoles, centres de vacances et centres de loisirs. Le port du masque obligatoire ne concernera plus les établissements d’éveil, d’enseignement et de formation ; les centres de vacances ; les centres de loisirs sans hébergement pour les adultes enseignants et encadrants.

Masques en milieux fermés, vigilance et gestes barrières restent de mise.

Des citoyens et des tiques, ensemble pour lutter contre la maladie de LYME

Le printemps est là, les tiques aussi !
Plus actifs au printemps et en automne, ces suceurs de sang se réveillent aux premiers rayons de soleil. C’est de mars à novembre, que le risque de se faire piquer par une tique est le plus élevé.

Luttons ensemble contre la maladie de LYME.
https://www.citique.fr/

CiTIQUE est un programme de recherche participative où les citoyens peuvent aider la recherche sur les tiques et les maladies qu’elles transmettent.
CiTIQUE, programme INRAe, ambitionne de faire travailler ensemble des chercheurs et les citoyens intéressés par les tiques et les maladies qu’elles transmettent.

Comment ?
Chacun peut participer à la lutte contre la maladie de Lyme avec l’application
Signalement Tique, application Android et iOS permettant de signaler les piqûres de tiques sur les humains et les animaux.
https://www.citique.fr/signalement-…

Signalement Tique précise la procédure à suivre pour envoyer la tique piqueuse à la tiquothèque du Laboratoire Tous Chercheurs pour faire avancer la science.
ou encore Rejoignez les bénévoles boîte aux lettres ; particuliers, associations, collectivités, entreprises, et plus généralement toutes les bonnes volontés peuvent participer à CiTIQUE en prêtant leur boite aux lettres.
Celles-ci deviennent alors des points de dépôt pour les kits de collecte et pour les tiques piqueuses signalées et collectées dans le cadre du programme.

Le programme de recherche CiTIQUE

CiTIQUE s’appuie sur un réseau de bénévoles actifs ; les chercheurs sont en perpétuelle recherche de bénévoles et leur propose différentes tâches et missions. Une façon simple et concrète de se rendre utile.

Alors pourquoi pas vous ?

Articles précédents